Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Sport à toutes les sauces ou comment changer la politique du sport en France!

, 15:43

Le sport a tendance à être mis à toute les sauces.

  • Les médias, les entreprises, les femmes et les hommes politiques sont surtout intéressés par le retour sur investissement. L'association d'une marque, d'un nom avec un(e) sportif(ve) de haut-niveau, une star, un club phare est porteur et aussi un moyen facile de s'approprier la notoriété et les mérites sportifs par photo ou remise de trophées interposée.
  • Trop souvent les campagnes en faveur du sport sont initiées par la volonté de récupération médiatique de leur instigateur. L'ensemble des clubs, sur les territoires sont inféodés le plus souvent aux idylles et représentants politiques de leur secteurs. Rares sont les élus qui ne cherchent pas à récupérer la mise "publique" à des fins de communication personnelle.
  • Les tribunes officielles se remplissent de personnalités, VIP, qui sont là avant tout pour leur gouverne personnelle et leur promotion. L'engagement politique doit à ce niveau être pour l'intérêt général et non pas la promotion personnelle.

hollande_et_sarkozy_au_stade_de_france.jpg Une véritable révolution doit avoir lieu dans ce domaine. Le sport en général et la promotion de l'activité physique pour tous ne s'en porteront que mieux.

Sport: un choc de simplification historique du modèle sportif français et une révolution de sa gouvernance sont nécessaires

, 16:04

Une évolution importante du modèle sportif français et de sa gouvernance est indispensable. Du "sport pour tous" d'un côté au "sport professionnel" de l'autre, en passant par la compétition amateur, le sport loisir et du dimanche, le haut-niveau, sans parler de l'activité physique et de la santé, cet ensemble disparate doit pouvoir bénéficier d'une réorganisation de l'action de l'Etat par une prise en considération de tous les pratiquants et de tous les acteurs de terrain. Les spécificités et différences de leur modèle économique et de leur mode de gouvernance justifient un travail en profondeur, pour ne pas dire une révolution.

en_marche_et_sport.jpg

En guise de Constat

  • Le contrôle politique des organisations sportives (fédérales) par délégation de mission de service publique de l'état a été mis en place depuis l'après guerre. Il a été renforcé par la vision du sport qu'avait le Général DE GAULLE au début des années "60". A ce jour rien n'a changé. Même si l'État n'a plus les moyens de ses objectifs de contrôle et d'organisation, il s'évertue à faire au moins de la communication sur le sujet et à complexifier le rôle des clubs et associations. Très souvent les collectivités territoriales s'engagent pour essayer de compenser mais elles atteignent à leur tour leurs limites budgétaires.
  • Pourtant le sport du fait de sa transversalité relève en partie des prérogatives régaliennes de l'État, tant au niveau de l'économie qu'au niveau des affaires étrangères, la création d'une "filière sport" par Emmanuel MACRON , la "diplomatie sportive" pensée par Laurent FABIUS, avec le soft-power dont parle Pascal BONIFACE dans son livre géopolitique du sport mais aussi par le volet sport-santé repris dans la loi santé de Marisol TOURAINE ou encore son rôle ou plutôt son lien avec l'Education Nationale relancé par Najat VALAUD-BELKACEM en son temps. Le sport est malheureusement mis à toutes les sauces.
  • Si des entreprises françaises s'intéressent au sport et s'engagent c'est en le prenant comme un marché porteur et attractif. Leur engagement financier ne représente guère plus de 5 ou 6 % du budget du sport en France. Ces entreprises sont d'ailleurs concentrées sur l'image et plus particulièrement sur le sport "pro".
  • En matière de financement la part principale reste à la charge des ménages.
  • Depuis 10 ans, les 9 ou 10 ministres successifs, en charge du sport n'ont jamais pu permettre la réforme structurelle nécessaire faute d'un manque flagrant de continuité dans l'action, probablement d'un poids politique insuffisant, d'une dilution de leur pouvoir par l'aspect transversal du sport nous l'avons vu et d'un soutien insuffisant des Présidents de la République successifs qui pourtant n'ont loupé aucune occasion d'être sur la photo des grands événements sportifs de portée internationale.
  • Pour toutes ces raisons mais aussi par une reconnaissance insuffisante du CNOSF et des fédérations eux-mêmes, dépendants des finances publiques dans leur très grande majorité, les propositions du mouvement sportif ne sont pas prises au sérieux ou suivies par les gouvernements successifs.
  • Il y a aujourd'hui jusqu'à six niveaux d'organisation et de stratification du national, au communal, en passant par le régional et le départemental auxquels s'ajoutent l'interrégional pour le CNOSF et certains sports et le niveau intercommunal nécessaire dans certains territoires. La contrainte administrative, la multiplication des échelons de subvention et des dossiers qui vont avec, ne permettent pas aux clubs de se consacrer aux tâches élémentaires et à leur corps de métier: le développement et l'encadrement des activités. La multiplicité des acteurs et des processus, avec l'empilement des dispositifs bureaucratique du mille feuille administratif, l'enchevêtrement des niveaux géographiques de décision et d'action, évoqués ci-dessus, participent au saupoudrage des moyens par une redoutable complexité et entraînent une véritable inefficacité, avec de plus des inégalités territoriales croissantes.


Quel changement, quelle projection?

  • Fort de ces constats, il est nécessaire de se projeter sur les dix ans à venir, de poser les bases d'une nouvelle gouvernance et de voir comment le mouvement sportif doit s'adapter au monde moderne, sans oublier que la France est candidate, avec PARIS 2024, pour accueillir les J.O.
  • Un choc de simplification doit accompagner cette modernisation et cette nouvelle gouvernance tant de fois annoncée et à chaque fois reportée.
  • L'état devra se donner les moyens de faire sa simplification et de permettre au sport de bénéficier d'un rattrapage en matière de décentralisation dont il a été globalement exclu par la loi mais aussi par le centralisme exacerbé du CNOSF. Avec la notion de compétence générale, tout le monde s'occupe un peu de sport mais personne ne fait réellement en sorte qu'il puisse se développer. Des collectivités y travaillent déjà mais c'est très insuffisant. Etat, collectivités devront organiser et offrir des services complémentaires, dématérialisés en collaboration avec le mouvement sportif autour de dossiers simplifiés et uniques, pour une politique concertée et un développement du sport optimisé. Cela ne peut se faire sans une prise de conscience de l'évolution et du changement de la société, des pratiques et du besoin ou des attentes des pratiquants et d'éléments nouveaux et précieux à considérer:
  • - le sport qui se pratique et le sport qui se regarde
  • - le mécénat, le sponsoring et les partenariats qui doivent profiter au développement du sport dans les territoires et non pas se concentrer sur les sports phares ou les plus médiatiques.
  • - la révolution déjà existante, produite par des structures mobiles ou fixes, imaginatives, privées, autour entre autre du sport et de la santé, avec la révolution du connecté et des offres multiples auxquelles les clubs classiques ne répondent pas faute de moyens, de temps et surtout de formations
  • - des possibilités d'emplois sportifs nouveaux et nombreux qui s'ouvrent avec une forme d'ubérisation, le sport 3.0, mais aussi le tourisme sportif et le besoin de liberté et d'autonomie du pratiquant,
  • Pour y répondre ou s'y adapter, le mouvement sportif a besoin d'être libéré de l'emprise des services de l'Etat qui doivent se comporter en partenaires et non en contrôleur ou instigateur. De même, avec les fédérations et les universités, l'Etat doit permettre d'harmoniser, de simplifier et de libérer les carcans des formations pour permettre aux clubs d'intégrer la révolution numérique dans leur organisation, d'adapter ou d'offrir les formations adaptées aux besoins réels et en e-learning dans la plupart des cas, avec en plus le développement d'observatoire du sport dans chaque grande région pour des décisions stratégiques, réelles, opérationnelles, en fonction des besoins territoriaux et non pas politiques pour satisfaire des envies égotiques ou de propagandes électoralistes.
  • Enfin , il n' y a pas d'activités sans sites adaptés aux pratiques, aux nouvelles exigences écologiques, d'accessibilité, de sécurité...et aux normes médiatiques voire numériques. Le nombre d'infrastructures créées depuis les années 60 qui n'ont pas été rénovées, adaptées aux normes, voire simplement entretenues sont légions. Le parc des installations les plus récentes n'est-il pas déjà dépassé ou inadapté? Cela nécessite une programmation efficiente, pensée et anticipée avec une prise en considération des espaces urbains et ruraux pour le sport "nature" avec un plan d'aménagement du territoire.

Les prérogatives actuelles ainsi que les moyens d'action ne permettent pas à un Ministère des Sports, de la jeunesse, de la ville et/ou du monde associatif de gérer correctement l'ensemble du dossier. Une refondation des structures administratives et politiques qui pilotent le développement et l'enveloppe du sport français doivent prendre en compte les différentes missions et les différents acteurs. Sous la responsabilité du Président de la République, une structure innovante, capable de saisir les différents enjeux, de coordonner les différents secteurs et les différents acteurs d'une politique publique du sport rénovée, est indispensable pour valoriser et renforcer le rôle des collectivités territoriales, du mouvement sportif et des acteurs économiques mais surtout pour le rendre cohérent.

Il est un temps pour tout: Six olympiades passées au CROS et 8 au sein du Mouvement Sportif...

, 18:36

Il est un temps pour tout! 1988 SEOUL, je suis diplômé de médecine du sport depuis un an. Depuis Barcelone 92 et jusqu'à RIO 2016 je siège de façon ininterrompu et suis réélu au sein du CROS. Au total, 30 ans de médecine du sport dont 24 ans passées au sein du CROS. 2 olympiades en tant que médecin des équipes de France, une d'hiver à Lillehammer en 94 et l'autre d'été en 2000 à Sydney, sans regret, avec des souvenirs plein la tête, des émotions multiples et indescriptibles, j'ai fait mon temps.  Le CROS Normand que je souhaite de mes voeux depuis deux ans va enfin voir le jour c'est maintenant inéluctable. J'ai donc décidé il y à quelques jours, en conscience, de ne pas briguer de nouveau mandat et de l'annoncer suffisamment tôt pour permettre à l'équipe à venir de s'organiser, voire de s'engager dans le processus de fusion. Ma place est maintenant ailleurs. Ce blog reste ouvert, il redevient un carnet de "campagne", pour mes coups de gueule ou mes coups de coeur.

Qu'il est agréable d'être libre et indépendant...

, 10:18

Après 30 ans passés au service du sport, tant dans les associations les plus petites que les plus prestigieuses, soit en tant que bénévole ou professionnel, à différents niveaux de responsabilités, j'ai pris le temps de la réflexion et ai décidé de tourner la page.

Mes souvenirs y sont nombreux et les émotions qui y sont liées indescriptibles.

Si je reste attaché aux valeurs de la rénovation des jeux comme Pierre de Coubertin les a pensées et initiées, si je prône encore la cohérence et la cohésion du mouvement sportif pour le sport pour tous, si je mets en avant les valeurs et surtout les bienfaits du sport, il m'est apparût de plus en plus évident au fur et à mesure de mon engagement que l'instrumentalisation, la mise à toutes les sauces et le mercantilisme du sport n'étaient plus en accord avec l'idéal de ma pensée.

Si le sport a des vertus, la politique qui l'organise est de plus en plus dévoyée. Ce n'est pas le sport aujourd'hui qui permettra de changer la société, ni de la rendre plus belle, il n'en est que le reflet avec ses dérives et ses défauts.

Mon rôle y est non seulement devenu inutile mais surtout incompris. Il est donc clair, pour moi , que ma place est ailleurs . Le dernier mandat pour lequel je m'étais engagé tire à sa fin, il y aura 4 ans fin mars 2017 que je suis devenu Président du Comité Régional Olympique et Sportif. Je ne briguerai pas de nouveau mandat.

Mon engagement citoyen restera identique, libre et désintéressé. Je ne demande ni reconnaissance particulière, ni cérémonie de départ, pas plus que de récompense ou encore moins de médaille. J'ai juste avec mes moyens fait ce que je pensais bon et ce que j'étais capable de faire sur cette période.

Dorénavant je ne ferai, comme le colibri de Pïerre RABHI, que ma part mais je continuerai de la faire, tout en cultivant mon jardin.

Un page se tourne...un nouveau livre s'ouvre pour le mouvement sportif normand

, 23:14

Dès lundi 2 mai, la féminisation du mouvement sportif ne sera plus un vœux pieux.

La modernisation engagée se confirmera.

La fusion normande suivra très vite avec la création du mouvement sportif normand de transition souhaitée dès janvier http://didier.polin.over-blog.com/2016/01/a-quand-un-mouvement-sportif-autonome-et-responsable.html puis de nouveau évoquée fin février http://didier.polin.over-blog.com/2016/02/mouvement-sportif-normand-mo-s-n.html

L’archaïsme a vécu, l'innovation est là.

Le pouvoir pour le pouvoir n'a plus de sens ce sont les missions qui importent et les projets qui comptent

...à suivre

Projet du Sport Normand...la concertation

, 09:18

Concertation et appropriation partagée par tous

-Création d’un Pôle Régional de Promotion et de Développement du Sport

Afin de décloisonner nos systèmes, en continuité des Ateliers de Concertation Territoriale du Sport (ACTS) pour développer les actions autour du « sport-tourisme-santé–bien être » d’un côté et de l’existence de l’instance de concertation de l’autre Un Pôle Régional du Sport devra être instauré. Ces outils sont faits pour simplifier nos relations et les actions, donner plus de cohésion et de cohérence à nos projets, faciliter les échanges par l’ouverture, permettre la mutualisation des moyens techniques et humains, y impliquer les décideurs, s’attacher à y relayer les mêmes messages d’appartenance et d’identité régionales, créer l’unité autour du projet commun, innover dans nos modes relationnels et financiers.

La Région, les Départements, la Métropole et les grandes agglomérations, les Services déconcentrés de l’état et le Mouvement Sportif doivent pouvoir s'y retrouver pour

partager un projet et des engagements établir un Schéma Régional du Sport financer le sport sur les territoires contractualiser avec les disciplines sportives

Projet de promotion et développement du sport en Normandie

, 22:56

Un projet plus qu’un programme

Ce projet sportif est co-construit avec l’ensemble des structures ayant participé aux différentes réunions depuis 2013. Elaboré progressivement, à la suite des échanges, rencontres et débats avec les représentants de ligues, comités et clubs il reste évolutif. Il a pour objectif de participer à la promotion et au développement du sport en Région. Validé en l’état par le CROS Haut-Normand, il est à l’étude par le CROS Bas-Normand.

Concertation et appropriation partagée par tous

1. Création d’un Pôle Régional de Promotion et de Développement du Sport (Région, Départements, Métropole, Services déconcentrés de l’état et Mouvement Sportif) pour mieux contractualiser et mieux financer convention d’objectifs guichet unique et dossier unique et établir un Schéma Régional du Sport : Terrain de jeux grandeur nature et sport pour tous Maisons des sports et antennes Investissement, grandes infrastructures et projet structurant (CREPS)

2. Développement de l’observatoire Régional du Sport (indépendant et en lien avec toutes les parties prenantes) Indicateurs (environnementaux, sociaux, économiques…) Tableau de bord et d’aides aux décisions Faciliter le développement économique et durable des clubs -Favoriser la recherche et l’innovation dans le domaine du sport -Favoriser la professionnalisation et sa sécurisation (l’emploi et la formation) -Favoriser le développement du sport en entreprises -Favoriser le développement du Tourisme Sportif -Définir une politique d’accueil des grands événements sportifs

Accompagner et soutenir les clubs face aux évolutions sociétales -Accompagner les clubs pour diversifier les offres de pratiques -Renforcer les actions de valorisation et de fidélisation des bénévoles -Faciliter les liens entre les entreprises et les clubs - Développer la plate-forme régionale du sport (pour tous)

...A SUIVRE

Le projet du sport Normand 2

, 08:49

La fusion Normande une chance à saisir

Un projet identitaire et symbolique

Nous partageons entre le sport loisir, le sport pour tous, le sport de compétition et le sport de haut-niveau cette identité Normande. Nous restons fidèles à l’œuvre de « Pierre de Coubertin » pour symboliser cette terre de sport, « un terrain de jeux grandeur nature ». Notre objectif commun de projet de développement économique et social, pourvoyeur d’emplois et de qualité de vie, entre mer et campagne, doit s’ouvrir au tourisme sportif.

Penser global pour agir local : « être plus stratégique à l’échelle de la région pour être plus efficace à l’échelon de la proximité. »

autour d’une stratégie de partage et d’innovations

- coordination et synchronisation

- cohérence, cohésion et mutualisation,

- optimisation de la gouvernance

L’accompagnement des clubs (véritables entreprises), où bénévoles et salariés restent les chevilles ouvrières, doit leur permettre de se moderniser (numérique, communication, gestion …). Les offres de pratique doivent progressivement se diversifier (tourisme sportif, santé, culture…)

Le sport : un droit au même titre que le logement ou que le travail ?

L'ouverture des activités physiques et sportives vers un plus large public reste certainement un des plus grands défis offert à l'ensemble des disciplines sportives.

Il est important de noter que le Comité Olympique ne se détourne pas de ses objectifs d’excellence en matière de sport. Il considère l’ensemble des sportifs, du loisir au haut-niveau, de la même façon. La transversalité du projet implique la citoyenneté et aussi la lutte contre les addictions en général et le dopage en particulier qui reste une priorité.

Le mouvement sportif au RDV de la Normandie

, 06:38

Samedi 17 octobre 2015; les Comités Olympiques de Basse et de Haute Normandie avaient donné rendez-vous à l'ensemble du mouvement sportif Normand pour les Rencontres Normandes du Sport au Centre du Sport Normand (CSN) à Houlgate.normandie.gif

Les 70 ligues ou comités régionaux des sports Normands s'étaient massivement rassemblés dans la salle Corneille du CSN. Une centaine de dirigeants bénévoles représentants des disciplines allant du twirling-baton au football en passant par l'aéronautique et la plupart des sports olympiques sont venus échanger et partager leurs expériences de la fusion Normande en cours et à venir.

En présence d'élus des deux régions Nicolas MAYER ROSSIGNOL, Kader CHEKHEMANI pour la Haute Normandie, Marie-Jeanne GOBERT pour la Basse-Normandie et de Rodolphe THOMAS Maire d'hérouville St-Clair et des représentants de l'état Sylvie MOUYON-PORTE Directrice de pré-figuration de la DRJSCS Normandie et de Patrice FOUREL pour la basse-Normandie la richesse et la densité des échanges ont montré que le mouvement sportif serait bien au RDV de la Normandie.

Le Hand-Ball par son président Nicolas MARAIS et Philippe PRIOU vice président pour le comité régional de Natation ont apporté des réponses aux ligues et comités non encore fusionnés. Ils ont fait part de leur expérience en tant que discipline Normande depuis de nombreuses années et se réjouissent l'un et l'autre du rapprochement des deux "Normandie". En introduction Rodolphe JOIGNE représentant de la Chambre Régionale de l'économie sociale et solidaire (CRESS) ancien membre du Comité Régional Olympique a rappeler l'intérêt avant tout de se rencontrer pour se connaître. Successivement le volley-ball, le tennis de table, l'athlétisme et la gym ont fait part de leurs avancées respectives. Les sujets administratifs, sportifs, techniques, logistiques, des ressources humaines, patrimoniaux, juridiques, statutaires ont été abordés. Comme l'a évoqué Eric LESAULNIER représentant de la plongée et des sports sous marin il n'y a en fait aucun problème mais que des solutions.

Pour ce qui est des deux CROS, il est clair maintenant que l'année 2016 dernière de l'olympiade permettra encore plus le rapprochement afin que l'élection de la nouvelle équipe en 2017 se fasse dans le cadre d'un seul CROS Normand.

Les deux CESER représentés par Jean CALLAWAERT Président en Basse-Normandie et Gérard GRANIER Vice-Président en Haute-Normandie ont présenté de leur côté la méthode de travail et la volonté qui avait été celle de leur structure respective pour permettre l'avancée du rapprochement en vue de la fusion. C'est le seul rapport sur le plan national qui a été réalisé entre deux régions en cours de fusion... La Normandie existe c'est une évidence!

PARIS2024: Une candidature citoyenne portée par le mouvement sportif

, 22:44

Pour réussir un tel "PARIS" il est indispensable de créer l'unité dans la diversité.

L'unité des citoyens en premier lieu. Une très large majorité de français de tous les âges, de toutes les régions doit pouvoir se sentir investi d'un projet commun et d'une mission collégiale (accueillir le monde entier pendant un mois).

L'unité des sports et des sportifs ensuite, toutes disciplines confondues (pour faire vivre, promouvoir et développer le sport et les activités physiques en France dès maintenant et pour les prochaines années).

L'unité des entreprises en relais des particuliers et du mouvement sportif pour faire de la France un pays non seulement de sportifs mais aussi de culture sportive.

L'unité des territoires pour la candidature et la fierté de soutenir un tel projet pour le bénéfice et le plaisir de tous.

L'unité des décideurs derrière le mouvement sportif pour encourager, soutenir et promouvoir l'engagement citoyen et entrepreneurial indispensable au succès...

Je l'avais évoqué l'an dernier: le public et la population français sont-ils prêts?

La Normandie du sport est en mouvement

, 22:06

L'idée de créer une dynamique constructive sur l'année à venir pour l'ensemble des régions du sport reste une possibilité, comme celle d'avancer sur un calendrier plus court (2016-17) que celui envisagé en janvier à aux assises des CROS et des CDOS à BORDEAUX (2020-21). La création dans chaque nouvelle Région d'un Comité de Coordination Olympique Régional, à l'image de notre Commission Olympique Normande est maintenant à l'étude. La mise en place d'un club de partenaire sur le principe de notre club OR est envisagée, il s'agirait d'un club "Ambition Sport Régional". En vue d'une candidature de Paris au JO de 2024, les CROS pourraient devenir des pivots de la mobilisation sur les territoires aussi bien des particuliers que des entreprises à partir de ces clubs.

De retour sur Rouen, à la Région pour la signatures des conventions d'objectifs des ligues, j'ai précisés ces avancées à l'ensemble des présidents ou représentants des comités Régionaux présents.

Le Président de Région Nicolas MAYER-ROSSIGNOL a ajouté que la Normandie dans le cadre de la possible candidature de Paris au J.O. 24" se porterait candidate pour accueillir les épreuves nautiques et de voiles...

Nous l'avions constaté lors des Rencontres Régionales du Sport de novembre dernier...La Normandie est sportive!!

La Normandie du Sport sera-t-elle au rendez-vous ou laissera-t-telle passer sa chance et son tour?

, 08:30

Les crispations liées aux temps délicats et incertains mais aussi les situations que traversent sur l'ensemble du territoire national des CROS et CDOS en lien entre autre avec les répartitions du CNDS semblent néfastes aux avancées qu'une région comme la notre avait initiées ou vivait au travers d'une trentaine de ligues ou comités déjà NORMAND.

La situation avantageuse que nous connaissions à l'aube des fusions de régions pourrait être remise en cause si nous attendons trop...

Toutefois, si la précipitation n'est pas bonne conseillère, la réflexion à partir des analyses d'experts extérieurs, comme nous avons eu l'occasion de le faire en janvier à Rouen, lors des RDV des ligues Comités et Clubs, autour de Bertrand TIERCE, montre tout l'intérêt que nous aurions à prendre les devants pour nous positionner fortement, avant que les événements ne fassent disparaître progressivement les différents étages qui composent le mouvement olympique et sportif dans les territoires...

Prenons bien en considération que la Normandie est aujourd'hui très particulière:

- c'est une région qui existe déjà, c'est la seule

- c'est la région expérimentale des ministres (nombreuses visites toutes les semaines)

- c'est un concentré de FRANCE à quelques km de PARIS

- c'est un concentré de personnalités politiques qui comptent...

C'est à nous de montrer que nous sommes non seulement dans le timing mais surtout force de propositions, d'originalité et de modernité. Nous serons si nous le voulons une région d'innovation en matière de sport.

Si le contexte qui nous entoure est mouvant avec une réforme territoriale en cours, des échéances électorales proches, des changements politiques possibles, nous pouvons incarner un véritable "corps constitué", la stabilité, la sécurité et le progrès. Nous pouvons à contrario être attentiste, laisser faire et voir venir comme certains se plaisent à le dire: "il est urgent de ne rien faire!"

Aujourd'hui nous sommes dans le trio de queue des régions française en matière de sport, nous ne prenons pas beaucoup de risque à bousculer un peu nos habitudes et à surprendre... A suivre...

Candidature au JO 2024, la France s'interroge...et la Normandie?

, 18:38

L’intérêt marqué des Français pour le sport et l'importance de ce secteur en France peuvent-ils suffirent pour créer la dynamique nécessaire à un projet fédérateur et conduire notre pays vers le chemin d’une candidature crédible à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques ?

C'est bien la réponse à cette question qu'il faudra donner.

Les jeux olympiques et paralympiques, pourraient-être un formidable outil d’aménagement du territoire, de rayonnement, d’attractivité, de promotion, de cohésion et de fierté nationales...mais aussi s'étendre partout en France...

Idéalement, c'est un projet solidaire, participatif, au service de la population, des territoires et de l'économie, responsable et ouvert sur le monde qu'il faudrait être capable de générer...En sommes-nous capables? En avons-nous la volonté? Aurons-nous la capacité à rassembler nos forces derrière un projet commun? Sommes-nous capables de créer l’adhésion et la mobilisation autour du projet olympique et paralympique? Avons-nous les moyens de générer l’engagement citoyen nécessaire?

Le mouvement sportif a une responsabilité particulière.

L’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques en France pourrait constituer une opportunité unique pour mettre davantage de Français au sport, devenant ainsi un outil de santé publique... C'est un élément important du projet que nous développons dans le domaine du sport-santé en Haute-Normandie.

Nous devons nous engager fortement pour promouvoir cette idée olympique, notamment en nous mobilisant: bénévoles, licenciés, clubs... C'est l'idée que nous développons autour de notre projet de coordination, de cohérence et de cohésion depuis deux ans.

Les plus jeunes devront, dès maintenant, être sensibilisés aux valeurs olympiques, puis contribuer progressivement à la conception du projet et à sa promotion, avant de pouvoir vivre les Jeux dans un futur proche (9 ans) en tant que volontaire, spectateur, journaliste, salarié du comité d’organisation, sportif,... C'est le rôle que tient déjà l'exposition itinérante "au cœur de l'olympisme" dans notre Région.

La Normandie est déjà à l'heure de l'olympisme...

A propos du CNDS 2015

, 15:11

Réunis ce lundi 8 décembre à la préfecture de Rouen, le mouvement sportif, à la demande de Mme MOUYON-PORTE, directrice, DRJSCS aborde la campagne 2015 du CNDS (comité national du développement du sport) avec de nombreuses interrogations...

Mon intervention n'est que le reflet de la position du Comité Régional Olympique et de son projet:

A l’heure de la réforme territoriale et de la création d’une seule Normandie je souhaite insister sur la force de la cohérence et de la cohésion du projet de notre mouvement sportif à partir de la délégation de nos missions par le CNOSF dans le respect de notre autonomie responsable et partagée.

Je reviendrais sur l'importance de "l'unité dans la diversité" autour du sport pour tous et partout sur notre territoire élargi. J’en profite pour saluer les avancées sur ce sujet de nos CROS et des DRJSCS sur la haute et la basse Normandie à la suite de la réunion commune à Houlgate le 7 novembre dernier.

Pour le CNDS une enveloppe régionale unique correspond à notre approche de cette unité dans la diversité, elle ne retire rien à personne, elle offre la possibilité de travailler ensemble et pour tous avec, nous le réclamions, le souhaitions et nous y avons travaillé, un dossier unique. Cela va également dans le même sens avec en plus la solidarité entre territoires et disciplines et surtout la transparence avec nos partenaires. Il est important que nous soyons au courant des dossiers déposés pour pouvoir non seulement les soutenir mais aussi aider les porteurs à les développer…

Mme la Directrice vous avez parlé du Soutien à l’emploi, à l’apprentissage, au développement de la pratique licenciée, en permettant l’accès à tous. Nous ne pouvons qu’adhérer. Nos démarches avec les volontés d’élargissement du groupement d’employeurs vont dans ce sens, tout comme notre projet de « terrain de jeux grandeur nature » ou encore notre avancement en matière de sport-santé avec le CNOSF…

L'urgence de simplifier nos fonctionnements, d'améliorer la coordination et la mutualisation et de rendre efficiente notre démarche de rapprochement passera par la nécessité de repenser le rôle et la place du mouvement olympique et sportif à l'échelon régional et local, du club et de la proximité, avec une indispensable modernisation de nos structures et de nos modèles de pensées autour des têtes de réseaux pour une équité territoriale optimisée dans le cadre d’un conventionnement pluriannuel comme vous le proposez.

Notre volonté de développer un projet cohérent en cohésion, ne doit pas nous faire oublier que nous ne serons pas une variable d'ajustement de la politique "des faits d'actualité" si nous avons un vrai projet à proposer… C’est aussi pourquoi nos ACTS (Ateliers de Concertations Territoriales du Sport) doivent faciliter les échanges entre les services de l’Etat, les collectivités et le mouvement sportif. Et nous renouvelons notre souhait de voir un jour aboutir ce projet de concertation pour un schéma régional du sport. Ils permettront de mener à bien un projet politique pour le sport en région et plus particulièrement aux priorités à développer pour le sport et avec le sport.

S’il est en effet indispensable de stabiliser les critères de répartition et de donner une perspective sur l’olympiade avec des projets structurants et pérennes pouvant faire l’objet d’un cap de conventionnement de l’ensemble du mouvement sportif, une harmonisation et une simplification des formations utiles doivent être engagées pour :

- la Professionnalisation des clubs en favorisant les primo-emplois

- la Démystification du sport-santé car du sport à la santé il n’y a qu’un pas !

mais aussi il est important de limiter les dispersions.

Nous serons par la coordination olympique 276 opérationnels et disponibles pour le soutien et le suivi des dossiers des ligues, des comités et des clubs et pour l’accompagnement des projets de développement de nos collègues. C’est la réalité de notre positionnement en tant que partenaire associé au développement du sport par l'intermédiaire partagé du CNDS. Nous souhaitons être associés à l’étude de tous les dossiers aussi bien ceux des infrastructures dont aucun n’a été honoré cette année et dont plus de 40% de ces infrastructures ont à ce jour plus de 35 ans que ceux du sport-santé dont nous n’avons été informés qu’au moment de la commission territoriale de juin dernier.

Je ne conclurai pas car nous sommes à la croisée des chemins, au point d’étape de l’Olympiade. La reconnaissance et la respectabilité du mouvement sportif Normand sont les défis maintenant à relever:

- nous serons facilement connus et reconnus si nos actions correspondent à la mission de délégation du CNOSF ou de nos fédérations et surtout aux attentes des pratiquants c'est-à-dire au développement des clubs de proximité.

- nous ne serons respecté, que si nous sommes respectables et exemplaires...

… A nous de montrer l'exemple...

Nous sommes sur beaucoup de points en avance, ne perdons pas trop de temps et continuons d’avancer.

Merci Mme la Directrice de nous avoir invité et de m’avoir donné la parole…Nous ferons en sorte que la coordination normande olympique soit bien réelle pour REUSSIR 2015.

Excellente fin d’année à tous, meilleurs vœux de réussite pour tous vos projets.

Merci de votre attention.

La Normandie serait potentiellement sportive...

, 11:23

...mais il nous reste du travail pour le devenir vraiment!

En effet, selon l'étude réaliser dans le cadre de la réforme territoriale http://infogr.am/le-sport-dans-les-13-nouvelles-regions sur 13 régions la Normandie est souvent en queue de peloton:

- 12ème juste devant la Corse en nombre de pôles de haut-niveau et en nombre de conseillers techniques

- 12ème en terme d'équipements (hors sport de nature) rapporté à 10 000 habitants

- 11ème en nombre de clubs

- 10ème en terme d'équipements (hors sport de nature)

- 10ème en nombre de sportifs de haut-niveau et en nombre de médailles internationales

- 10ème en nombre de licenciés,

- 10ème en terme de masse salariale

- 9ème pour le nombre de licenciés rapporté à la population

- 9ème en nombre d'emplois

- 9ème en financement public (CNDS)

- 8ème en nombre de licenciés rapporté aux nombres de clubs

- 3ème en dépenses sport des conseils régionaux

- 2ème en % de licences féminines (8 régions en moins de 0,5%)...

Deux indicateurs manquent:

- les équipements hors-stade ou de sport de nature

- le % de pratiquants sans licences.

Etre la troisième région en "dépenses sport"et avoir des classements en dessous de la 8ème place sur 13 possibles dans 11 rubriques sur 13, dénote soit d'une mauvaise orientation des projets et de la politique sportive, soit d'une mauvaise utilisation des financements autour d'opération de communication et /ou "one shoot" sans grand lendemain, soit d'un fléchage ne correspondant pas aux rubriques détaillées, soit enfin d'un effort financier qui n'a pas encore porté ses fruits...

Nous avons des progrès à faire, nous devons définir une politique avec des axes précis et nous avons un défi collectif à relever...

2ndes Rencontres régionales du Sport

, 06:52

Samedi 22 novembre 2014 le Comité Régionale Olympiques et Sportif de Haute Normandie et la coordination olympique 276 organisent les 2ndes Rencontres Régionales du Sport #RRS dans l'enceinte de l'Hôtel de Région

http://hautenormandie.franceolympique.com/accueil.php

Ateliers de Concertation Territoriale du Sport

, 11:29

Depuis le 30 novembre 2013, à la suite des Rencontres Régionales du Sport qui ce sont tenues dans l'hémicycle de l'Hôtel de Région à Rouen la mise en place d'Ateliers de Concertation Territoriale du Sport (ACTS) a été proposée par notre Comité Olympique. Ils commencent à voir le jour. La coordination et la concertation nécessite que tous les partenaires soient en phase et surtout disponibles au même moment. Après une période électorale où les services décentralisés de l'état ont été indisponibles (réserve oblige) et où les collectivités territoriales avaient d'autres pré-occupations les ACTS vont pouvoir s'animer et se multiplier.

Si lundi 12 mai dernier, à Bellencombre, une réunion proposée par la "caravelle" en lien avec le CRAJEP et "associations et territoires" sur le thème des rythmes éducatifs à eu lieu en présence de Marie-Thérèse POUCHET et Daniel ALLANO qui représentaient le CROS, celle à laquelle j'ai participé hier soir au Havre sur le "Sport-Santé" était organisée par Alexis BELHACHE médecin du CROS.

Ce premier "ACTS" avait lieu dans les locaux du Conseil Général, en présence de l'élu du havre en charge des sports et des acteurs associatifs (professionnels du sport et de la santé). Je reviendrai sur la teneur des débats dans un prochain message...

Sous un roulement de tambour...

, 15:00

...les huissiers suivis de François Scellier, de la loi du même nom, doyen d'âge et puis "le bureau d'âge" de l'Assemblée dont Mme Marion Marécahal-Le Pen (22ans) pénètrent dans l'hémicycle pour ouvrir la 14ème législature. Le discours se veut "d'ouverture" à double titre, unanimiste, rassembleur car annonciateur de crise à venir. Les choses sérieuses vont commencer...

Pendant ce temps Mme AUNG SAN SUU KIY arrive à Paris, reçue comme une chef d'état. Voilà, des messages forts, seront-ils perçus comme tels, analysés et traduits de façon efficaces...

A la suite des fastes de l'équipe de France de foot, le sport de haut-niveau et ses travers sont toujours là! Le tour de France va bientôt passer par Rouen, je n'en suis pas fier! Il faudrait se réjouir, faire de ces sports là des exemples? Non! Et derrière il y aura les J.O. !! Qui aura le courage de dénoncer les dérives: com, business, argent, dopage, mauvaise politique, loi du silence, magouille, paris en ligne...   A quand la rénovation de l'esprit républicain? A quand la rénovation des jeux de Coubertin? A quand la moralisation politique et sportive? Pas maintenant ?...

Le sport n'est ni de gauche, ni de droite

, 22:05

​ ​