Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Vous avez dit dommage...comme c'est dopage!!

, 09:37

Faits et reflets de la société: Pourquoi pensez-vous qu'il en serait autrement du sport et à fortiori du sport de haut-niveau et du sport professionnel? Le sport est à l'image de la société; l'information et la communication permettent de savoir ce qui peut-être antérieurement n'était pas possible? Il faut d'un côté s'en réjouir et de l'autre voir ce qu'il est possible de faire pour éviter que ces dérives envahissent les esprits...au point que le "tous pourris" finisse par être la diatribe simpliste utilisée par ceux qui parlent le plus et agissent le moins... Il est vrai qu'entre le "FIFA-gate", les doutes permanents sur le tour de France, les affaires de harcèlement dans le tennis, la récente histoire de chantage à la "sex-tape", la violence dans les stades et le racisme qui va avec, les paris truqués, les révélations de corruption dans l'athlétisme..., les dérives, les scandales et les atteintes à l'éthique augmentent, ou se multiplient voire en tout cas sont maintenant, non seulement connus, mais surtout révélés. Pourquoi en serait-il autrement, le sport n'est que le reflet de la société et l'expression de sa représentation. Cependant, pour les 15 millions de licenciés en France et les 15 autres millions de pratiquants non licenciés, toutes ses affaires sont bien loin de leur pratique quotidienne, des valeurs du sport, chères à Pierre de COUBERTIN, et des bienfaits de l'activité physique. Le mouvement sportif, les représentants des clubs, les bénévoles qui par leur engagement désintéressé vont vivre les associations doivent pouvoir continuer leur oeuvre au profit de l'intérêt général autour du dialogue, de la transparence et de la solidarité. Il est important que chacun prenne conscience de la nécessité de ne pas confondre sport et sport! Si le sport amène souvent la compétition, il est dans les enquêtes d'opinion associé à des qualificatifs de bon sens et de qualité comme amateur, santé, loisir, espoir, convivial, éducation, formation, citoyenneté, pour tous,.. Par ailleurs, il n'est pas systématiquement relié à la tricherie, au dopage, à la corruption ou encore à tous ces scandales... Des questions se posent: Quel est l'avenir du sport et des clubs? Comment vont-il se positionner? ... L'essentiel est bien de savoir : quel est le projet du mouvement sportif?

Arrêtons l'hypocrisie autour du Dopage

, 22:19

Hypocrisie.

Il y aurait des milieux autorisés qui pourraient se permettre de croire et de vouloir faire croire que du côté du Dopage tout va bien! Il n' y aurait que des suspicions sur FROOME dans le tour...Peut-être un ou deux contrôles inopinés suspects? et encore...

l'AMA première surprise va même diligenter une enquête!

Rien de neuf sous le soleil....

Le sport de haut-niveau et devenu un spectacle, c'est un modèle qui est de plus en plus en décalage avec l'image que voudraient ou devraient véhiculer le sport et celles et ceux qui veulent en tirer les bénéfices pas seulement en terme financier mais déjà en terme d'image!!

Il y a des questions a se poser:

1. Faut-il continuer de tromper tout le monde, des sportifs, aux spectateurs et se cantonner à utiliser la chasse-d'eau quand un malheureux est pris la main dans la valise et abandonné de tous?

2. Ne doit-on pas organiser autour du tour et de sa caravane, des jeux olympiques futurs, une fête de la prévention, de la promotion des activités physiques et impliquer les clubs sportifs locaux?

3. Les gains et mannes financières qui circulent ne peuvent-ils pas servir en partie à financer des infrastructures sportives pour pallier à certaines inégalités territoriales?

4. Les équipes pro ne peuvent-elles pas être jumelées à une association caritative ou une cause humanitaire afin qu'une partie du budget soit consacrée à cette cause ou association?

5. La promotion des villes traversées par le TDF ne peut-elle pas mettre en valeur le territoire et les hommes ou les femmes qui y vivent et y travaillent plutôt que de servir de tremplin de communication personnelle ou privée?

...Il y a bien d'autres sujets à traiter et à développer mais surtout une prise de conscience est nécessaire... Arrêtons l'hypocrise!!

Toute performance est suspectée de dopage...

, 14:35

La victoire de FROOME hier a mis le doute dans les esprits, même dans celui d'AMSTRONG! Sa performance dans la montée de La Pierre St Martin est-elle pour autant à remettre en question? Le dopage serait-il l'explication? La seule explication? Une performance peut-elle se résumer par une simple aide ergogénique? Ne faut-il pas aussi se poser la question de savoir pourquoi tous les autres n'ont pas suivi? N'étaient-ils pas pour leur part "dans un jour sans", n'est-il pas plutôt en l'espèce question de contre-performance?

Tout d'abord la moyenne horaire cette année depuis le début est de 42km/h après un peu plus de 1500 km. Entre les années 60 et les années 90 la moyenne sur l'ensemble de la grande boucle est restée autour de 37km/h. Seules les victoires de VAN IMPE (1976) et de DELGADO (1988) n'étaient pas dans les 37 (un peu moins de 36 pour le petit grimpeur belge et 38,9 pour l'espagnol). Depuis l'ère d'INDURAIN et l'arrivée de l'EPO sur les routes du Tour au début des années 90 l'épreuve reine du vélo est passée à plus de 39km/h de moyenne avec des pointes à plus de 42 dans les années AMSTRONG au milieu des années 2000. Si le matériel, le revêtement des routes, l'alimentation, les techniques d'entraînement... ont évolué et se sont améliorés, ils n'ont pas marqué d'évolution flagrante des moyennes entre les victoires d'ANQUETIL en 1962 et de LEMON en 1989 (37, ...km/h). La coïncidence de cette amélioration de la moyenne, dès 1990 avec l'apparition de l'érythropoïétine, ne peut être une preuve scientifique de l'effet du dopage. Il s'agit juste d'une concordance d'événements, entraînant la suspicion, que l'affaire FESTINA en 1998 et les années AMSTRONG ensuite, avec la révélation des pratiques de dopage "institutionnalisées", ont pu conforter.

Cette année donc, à mi-tour, la moyenne réalisée, à ce jour, est une des plus rapides jamais réalisée(42km/h). Cela a commencé dès la première étape et le prologue avec la victoire de Rohann DENNIS à plus de 55km/h "record battu". Par conséquent, pour retrouver un coureur à 37km/h il faudrait remonter dans le classement jusqu'à 5h derrière Chris FROOME, c'est à dire qu'il n' y en a pas. Le dernier au classement hier au soir est à 1h42 derrière Christopher FROOME, sa moyenne est légèrement supérieure à 40km/h. Autant dire que si le 1er apparaît comme un extra-terrestre le dernier aujourd'hui serait à l'époque de LEMON devant le vainqueur de 1989 avec 3h30 d'avance!!

Qu'est-ce qui peut expliquer qu'en trente ans de 1960 à 1990 les progrès n'aient pas donné de différence entre un ANQUETIL et un LEMON alors qu'en 25 ans de 1990 à 2015 LEMON serait devenu un vulgaire inconnu de seconde zone à plus de trois heures derrière le dernier actuel de la grande boucle?

Thibaut PINOT est à 18'18" au classement général. Il a mis 36h14mn 27" pour parcourir 1510 km. Sa moyenne est donc de 41,5km/h. Il reste bien sûr 6 étapes de montagne et la moyenne actuelle devrait baisser un peu...mais le tour de France a pris en 25 ans une autre dimension.

Une performance est avant tout multifactorielle. Celle de Chris FROOME hier est l'aboutissement d'un travail de préparation, de repérage, de programmation de l'entraînement, de contrôle et de préparation biologique. Il est au dessus de ses concurrents sur l'étape d'hier et a creusé des écarts importants dans les six derniers kilomètres de l'ascension mais tous en fonction des moyens de leurs équipes ont les mêmes possibilités de préparation...et il y a toujours un meilleur!

Au total l'interprétation est plurielle:

- Heureusement qu'il y a le dopage cela occupe les journées des commentateurs sur le Tour de France!

- Tant qu'il y aura des coureurs et des compétitions il y aura des performances!

- C'est une hypocrisie parmi d'autres que de suspecter de dopage le seul leader du classement...

- Attendre un cas positif est aussi hypocrite. Combien passent au travers des mailles du filet, tant les nouveaux produits restent aujourd'hui indétectables?

- La science progresse et le dopage avec et par conséquent les coureurs, tous les coureurs...

- Toutes les améliorations techniques cumulées depuis 55 ans semblent avoir permis des progrès beaucoup plus importants dans les deux dernières décennies que les trois précédentes. Il s'agit des biotechnologies, des nanotechnologies, de leur optimisation par les progrès du numérique.

- Les cyclistes seuls ne peuvent maîtriser les techniques modernes d'entraînement et d'optimisation de la performance. Il y a donc besoin de ne pas accuser ou de suspecter tel ou tel sportif sans preuve. I s'agit d'un fait de société!

- Tout n'est-il pas question de volonté politique? Les règles et les conditions de pratique sont-elles adaptées? Les exigences des organisateurs, l'implication des sponsors, la présence des élus à chaque arrivée, l'investissement des équipes ne sont-elles pas les premières à remettre en question?

- Comment l'éthique pourrait-elle être respectée? Les spécialistes de la physiologie, de la biomécanique et surtout des biotechnologies ne sont-ils pas les premiers coupables des impressions de facilité laissées par les coureurs?

Dans quinze ans nous saurons, les sérothèques parleront: les facteurs de croissances, l'AICAR, le dopage génétique, l'hormone de croissance et tous les nouveaux peptides mimétiques auront livré leur secret. Le dopage n'existera plus il s'appellera officiellement préparation biotechnologique...et des puces implantées seront là pour donner des informations en direct sur les paramètres physiologiques, mécaniques et biologiques des coureurs, le tout s'affichera sur nos écrans avec des commentaires en inscruste. Les commentateurs ne seront plus étonnés, ils auront disparu! (?)

Le sport à toutes les sauces

, 18:41

Récemment, le 1er ministre dans l'esprit du 11 janvier fait du sport un élément important de son plan en faveur de la citoyenneté. Le secrétaire d'état aux sports parle lui de "moteur de l'intégration". La parité et les plans de féminisation sont aussi à la mode dans le milieu sportif. Dans le site intitulé "manger bouger" le sport est au cœur de la santé. Le temps péri-scolaire, la cohésion sociale, le sport en entreprise garant de la lutte contre l’absentéisme, le sport est presque partout et semble de plus en plus être solution potentielle de beaucoup de problèmes. Un observatoire de l'économie du sport devrait même être créé en avril prochain.

Le sport avec ses bienfaits offre un éventail de vertus et d'avantages qui semblent aujourd'hui profiter plus aux annonceurs qu'aux structures d'animations que sont les ligues, les comités ou les clubs... S'ils sont mis à contribution pour régler tous les travers de la société ils n'ont pas les moyens nécessaires pour réaliser les nobles objectifs qui leur sont confiés... Le sport est ainsi un peu trop mis à toutes les sauces alors qu'il n'est que le reflet de la société.

Pour ce qui est de ce reflet, c'est surtout le haut-niveau et le sport professionnel avec l'argent, le dopage, les addictions, la violence, l'homophobie, la tricherie, les paris truqués... qui sont cloués au pilori et mis en avant dans la presse. Cependant, les dérives existent à tout les niveaux dans tous les sports. Les sportifs sont avant tout des femmes et des hommes comme les autres avec leurs qualités et leurs défauts...

Alors, une fois les effets d'annonces passés, les faits divers relatés à la une des journaux, la question qui se pose est de savoir s'il est judicieux de vouloir continuer de financer par de l'argent public le sport pro ou sport spectacle ou donner des moyens au monde associatif et aux bénévoles engagés dans une mission de service public, d'éducation, de citoyenneté, de santé publique...?

C'est sans doute cela l'essentiel: redéfinir les priorités plutôt que mettre le sport à toutes les sauces mettons les moyens où ils auront un rôle sociétal réel et efficient.

Non au saupoudrage. C'est un vrai choix politique.

Dopage ou addiction: les médias passent-ils à côté de l'essentiel ?

, 13:47

L'affaire révélée par le journal l'Equipe ce matin, concernant une athlète de l'équipe de France d'athlétisme en stage à Font-Romeu, impose dores et déjà toute la prudence nécessaire en telle situation et le respect de la présomption d'innocence due en pareille circonstance.

Le sport en général, s'il est heureusement vertueux, s'appuie sur des valeurs et repose sur des bienfaits, il est aussi malheureusement, du fait de son succès et de sa médiatisation, le centre de toute les attentions quand des affaires sortent...

Le sport de compétition, de haut-niveau et professionnel de surcroît ne sont que le reflet de la société et du monde du travail. Sans parler de crise, le sport est exposé aux mêmes dérives, aux mêmes travers. L'addiction, le burn-out, les contraintes des calendriers, l'obligation de résultat, la recherche de performance "à tout prix", l'argent, la violence, le harcèlement, la tricherie, le mensonge... sont autant de maux de la société dite "moderne" que subit de plein fouet et connait le sport médiatisé. Le dopage est réducteur, il est indispensable d'aborder ce sujet plus largement, avec une lecture plus contextuelle et conjoncturelle, autour des addictions...

L'image du sport est trop souvent bafouée ou ternie par la loupe grossissante des médias concentrée sur quelques cas ou quelques affaires. Cela ne reflète pas ce que véhicule le sport comme valeurs et bienfaits, ni ce que représentent les millions de pratiquants!

Le sport-santé ou plus exactement la promotion de la santé par les activités physiques et sportives mérite un tout autre traitement et devrait pouvoir bénéficier plus souvent des effets d'annonces des médias.

Les scandales et les affaires sont trop souvent des épiphénomènes qui discréditent et caricaturent les sujets qu'ils concernent. et le sport est loin d'être le seul concerné!

Vive le dopage!

, 17:12

L'interprétation est plurielle: - Heureusement qu'il y a le dopage cela occupe les journées de repos sur le Tour de France! - Tant qu'il y aura du dopage il y aura des performances! - C'est une hypocrisie parmi d'autres - Avec le dopage la science progresse sur le dos des coureurs! - Devant un cas positif combien passe au travers des mailles du filet?

Cependant, il est urgent de rester prudent. Un coureur du niveau de Franck SCHLECK a à sa disposition d'autres produits que les diurétiques! Comment peut-il se faire prendre avec des vieilles techniques? C'est un produit masquant qui facilite l'élimination de produit interdit comme les anabolisants...  Bien que moins connu que le classique Lasilix* produit que l'on met en évidence depuis longtemps, le Xipamid se retrouve dans le Lumitens* un autre antihypertenseur de la classe des "thiazidiques". Sur le plan biologique non seulement il permet de diminuer le sodium etle potassium dans le sang et en quelque sorte de faire pisser mais aussi il joue sur la glycémie (tx de sucre) qu'il augmente. Il a un rôle connu, bien qu'exceptionnel, sur les "globules" blancs et rouges et les plaquettes en les faisant diminuer... Alors de là à penser qu'il pourrait masquer une transfusion sanguine ou une prise d'EPO il n'y a qu'un pas...

Il reste surprenant qu'il se soit fait prendre...

...affaire à suivre!

Le tour de France arrive...

, 21:16

...à Rouen avec une moyenne à ce jour de plus de 39km/h. La moyenne de Jacques ANQUETIL en 1962 était de 37,317km/h pour 4274km, celle de Greg LEMON en 1986 de 36,921 pour 4086km. En 24 ans pour des distances proches, les moyennes des tours successifs ne bougent pas. Greg LEMON, encore lui, en 1990, pour sa troisième victoire roule sur 3404 km à la moyenne de 37,421. C'est le dernier tour "à l'ancienne".  Fignon le disait quelques mois avant de disparaître, il l'écrivait même dans son livre, il n'avait jamais vu cela! La moyenne a pris brusquement 1,300km/h en 1 an, puis 0,800m/h de plus l'année suivante pour dépasser les 40km/h en 1998, la fameuse année "festina", année du sacre de Marco PANTANI. En trente ans le tour était resté autour des 37km/h. A partir de 1991 et jusqu'à l'an dernier il a dépassé largement les 38,5. Il a même flirté avec les 42 et oscille autour des 40km/h. Oui, il y a l'entraînement des coureurs, l'alimentation, le revêtement des routes, le matériel, le vent parfois, plus de descente que de montées... Bien sur, il y a de nombreuses raisons pour expliquer les progrès. Mais entre 62 et 91, il y a eu aussi des progrès techniques, des améliorations des vélos, de meilleurs revêtement des routes et pourtant en moyenne les performances n'ont pas bougé! Alors, qu'entre 90 et 91 tout a changé!! Et depuis...les performances sont stables. L'an dernier le Tour s'est gagné en 39,8km/h et en 2010 en 39,6km/h par CONTADOR qui a été depuis convaincu de dopage. A moins de 38,5km/h il n'est pas envisageable de parler de Tour propre ou naturel. Maintenant il est possible de ne pas considérer que le dopage soit impropre ou surnaturel. La question n'est pas là! Il est surtout important d'interrompre l'hypocrisie... Depuis le départ de cette année la moyenne du premier est à 39,8km/h...  Il arrive en Normandie, fait étape ce soir, dans la ville de la ministre des sports, de la jeunesse et de l'éducation populaire... C'est un événement populaire, c'est certain. Il n'intéresse peut-être plus trop la jeunesse mais il reste à ce jour une fabuleuse discipline sportive. Mais voilà il y a des questions a se poser: 1. Faut-il continuer de tromper tout le monde, des coureurs, aux spectateurs et se cantonner à utiliser la chasse-d'eau quand un malheureux est pris la main dans la valise et abandonné de tous? 2. Ne doit-on pas organiser autour du tour et de sa caravane, une fête de la prévention, de la promotion des activités physiques et impliquer les clubs sportifs locaux? 3. Les gains et mannes financières qui circulent ne peuvent-ils pas servir en partie à financer des infrastructures sportives pour pallier à certaines inégalités territoriales? 4. Les équipes pro ne peuvent-elles pas être jumelées à une association caritative ou une cause humanitaire avec une partie du budget consacré à cette cause ou association? 5. La promotion des villes traversées ne peut-elle pas mettre en valeur le territoire et les hommes ou les femmes qui y vivent et y travaillent plutôt que les petits ducs ou duchesses qui y font de la politique pour leur intérêt et leur pouvoir personnels? Il y a bien d'autres sujets à traiter et à développer mais c'est avant tout une prise de conscience qu'il est nécessaire de faire naître... Je reviendrai sur ce thème. A bientôt!

Sous un roulement de tambour...

, 15:00

...les huissiers suivis de François Scellier, de la loi du même nom, doyen d'âge et puis "le bureau d'âge" de l'Assemblée dont Mme Marion Marécahal-Le Pen (22ans) pénètrent dans l'hémicycle pour ouvrir la 14ème législature. Le discours se veut "d'ouverture" à double titre, unanimiste, rassembleur car annonciateur de crise à venir. Les choses sérieuses vont commencer...

Pendant ce temps Mme AUNG SAN SUU KIY arrive à Paris, reçue comme une chef d'état. Voilà, des messages forts, seront-ils perçus comme tels, analysés et traduits de façon efficaces...

A la suite des fastes de l'équipe de France de foot, le sport de haut-niveau et ses travers sont toujours là! Le tour de France va bientôt passer par Rouen, je n'en suis pas fier! Il faudrait se réjouir, faire de ces sports là des exemples? Non! Et derrière il y aura les J.O. !! Qui aura le courage de dénoncer les dérives: com, business, argent, dopage, mauvaise politique, loi du silence, magouille, paris en ligne...   A quand la rénovation de l'esprit républicain? A quand la rénovation des jeux de Coubertin? A quand la moralisation politique et sportive? Pas maintenant ?...

Je ne serai pas à Rouen pendant le Tour de France!

, 15:58

Je ne sais pas encore si je serai en vacances, ni où précisemment je serai. La seule chose dont je suis certain aujourd'hui, c'est que je ne serai pas à Rouen au moment du passage du Tour de France. C'est de la com, cela coûte cher au contribuable, c'est une tromperie pour la jeunesse et ce n'est pas pour moi un évènement qui justifie tout ce tapage. Oui c'est le patrimoine de la France! Oui c'est un évènement international annuel qui a une audience digne des J.O. ou de la coupe du monde de football ! Ce n'est pas pour autant que c'est louable, qu'il faut accepter tout et n'importe quoi! Pendant deux jours, les rouennais vont voir la ville leur être interdite, la circulation modifiée, l'accès aux commerces perturbé... Et en période d'économie, je serais curieux de savoir combien ça coûte (?) Une chose est sûre je n'assisterai pas à la mascarade, à l'illusion du tour propre,... Depuis 98, où tout le monde a fait semblant de croire que l'on découvrait le dopage dans le vélo, rien n'a changé. Il suffit de voir les moyennes depuis 1962. De 1962, victoire de Jacques ANQUETIL, jusqu'au début des années 90 et la victoire de Greg LEMOND, la moyenne n'a jamais atteint les 38 km/h. Sauf quand Pedro DELGADO a gagné et l'on sait avec quel produit. Sinon, une fois autour de 36km/h, je crois l'année de Lucien VAN IMPE, petit grimpeur, la moyenne est restée presque 30 ans à 37. L'arrivée de Indurain et le tour de 1991, alors que les produits stratosphériques sont connus depuis peu la moyenne dépasse les 39 et dans les années suivantes s'envolent pour atteindre puis dépasser les 40!!! Le gène de l'EPO a été isolé par AMGEN* depuis 1983, la synthèse de l'EPO est lancée dès 87. AMGEN* depuis a je crois acheté les droits du tour de Californie et a obtenu que la date soit décallée pour que ce tour "secondaire" devienne l'évènement d'avant tour! Il est certain que les progrès techniques sont nombreux, bicyclettes, revètement des routes, préparation physique...mais en trente ans cela ne se retrouve pas sur la moyenne qui en deux ans explose!! Alberto CONTADOR est condamné et ne devrait pas participer cette année... Cela ne veut pas dire que brusquement le tour soit devenu une épreuve d'une pureté exemplaire... Le jour où les moyennes repasseront sous les 39km/h, nous en reparlerons. L'an dernier le vainqueur australien a gagné à Paris en 39,8Km/h, au dessous, je vous l'accorde, des records des dernières années:

41,654 km/h: Lance Armstrong (2005)

40,940 km/h: Lance Armstrong (2003)

40,784 km/h: Oscar Pereiro (2006)

40,553 km/h: Lance Armstrong (2004)

40,492 km/h: Carlos Sastre (2008)

40,315 km/h: Alberto Contador (2009)

40,276 km/h: Lance Armstrong (1999)

40,070 km/h: Lance Armstrong (2001)

39,983 km/h: Marco Pantani (1998)

39,920 km/h: Lance Armstrong (2002),

mais au dessus des 39,6km/h de Contador en 2010.

La lutte contre le dopage doit être une volonté, doit être réelle... à ce jour c'est une hypocrisie. Je ne suis pas toujours d'accord avec Yannick NOAH, mais il a le mérite de dire les choses. Soit on libère le sport du carcan de la règlementation anti-dopage et le dopage est libre. Soit on lutte efficacement et on commence par se poser la question d'interdire le tour de France car il n'est pas un exemple. Non je ne suis pas fou! Il n'y a qu'une réflexion à porter et une décision à prendre, mais il faut cesser de prendre les français pour des "gogos"!