Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Le CNOSF est à contre courant

, 13:04

Le Mouvement Sportif si l'on applique le principe de subsidiarité doit pouvoir laisser aux clubs plus d'autonomie et de responsabilité. Les instances nationales et le CNOSF en particulier fonctionnent sur un système ancien qui a vécu. Le pouvoir centralisateur, à l'heure du numérique et de la révolution du sport 3.0 est dépassé. L'organisation territoriale du sport demande une prise en considération des réalités du terrain. L'organisation des nouvelles régions doit être mieux prise en considération. L'interlocuteur principal du mouvement sportif à cette échelle reste pour le moment le conseil régional et pour l'état la DRJSCS. L'harmonisation territoriale selon l'importance des régions peut demander un peu de temps. Toutefois, attendre, comme au début, 2021 pour changer les choses était inconcevable. L'évolution progressive vers 2018 est déjà plus raisonnable. Cependant, le respect de la loi et du décret, ainsi que l'articulation des nouvelles conventions d'objectifs sur les territoires ne peuvent permettre d'attendre plus longtemps. Une fusion des CROS devrait être logiquement achevée pour la rentrée de septembre 2017. Le passage de 22 régions à 13 sans compter les DOM et TOM pose la question de l'utilité d'une commission des territoires comme elle est organisée actuellement. Un découpage en 8 inter régions, ramené à 6 crée un étage inutile. Quand on appelle au choc de simplification, il est nécessaire de se l'appliquer à soi. La métropolisation et l'organisation de nombreuses communes en communautés d'agglomération ou intercommunalités selon les échelles doivent être prise en considération. Si les futurs CROS pourraient avoir un rôle stratégique en lien avec les régions et les métropoles, les anciens CDOS devraient voir leurs prérogatives évoluer au plus près des territoires. D'ailleurs, les termes CROS et CDOS ne voulant pas dire grand chose au commun des mortel, il serait aussi indispensable d'en faire évoluer les appellations! Le CNOSF depuis le début de la réforme territoriale rame à contre courant et montre son incapacité de réactivité, d'innovation et d'adaptation. Une simplification décentralisée de l'organisation du mouvement sportif est plus que souhaitable.

...quelques nouvelles!

, 17:58

C'est bien la moindre des choses que de donner des nouvelles. Il est important dans un premier temps de donner les raisons de mon silence depuis 5 mois.  Tout d'abord Marie-Thérèse POUCHET est devenue notre première présidente du CROS de l'ex Haute-Normandie le 2 mai dernier. Il était important de lui laisser prendre la mesure de la tâche et surtout pour ma part de ne pas interférer par mes billets d'humeur sur le début de son mandat, de ses décisions et de son engagement que certains n'allaient pas se priver de perturber, nous en reparlerons dans un prochain billet. Ensuite, après avoir œuvré avec elle en binôme, il était convenu que nous continuerions notre projet, moi en tant que vice-président avec mission centrale d'accélérer le processus de fusion que nous appelions de nos vœux en réponse aux attentes d'une très grande majorité de nos ligues. Il n'était donc pas urgent que j'intervienne sur mon blog sur ce sujet, tout ce que j'en pensais y ayant déjà été écrit. Enfin, il ne faut pas le cacher, j'ai profité de cette période, où les vacances estivales viennent ralentir toutes les activités, pour me mettre au vert, faire le point et surtout me reposer. Ceci étant écrit, pour le sujet qui me tient le plus à cœur il n'y avait en effet pas grand chose à ajouter. Le CNOSF n'allait pas pendant la campagne olympique bouleverser le calendrier de fusion, la mise en place des nouvelles régions allaient progressivement faire prendre conscience à tous les protagonistes de la nécessité d'avancer sur le dossier de cette fusion et surtout le respect de la loi de la république  et du décret correspondant, nous amèneraient à une accélération après la rentrée de septembre. En effet, il est urgent de se pencher maintenant sur le projet Normand du sport, montrer la volonté de créer une seule structure Normande pour représenter le mouvement sportif sur notre territoire, afin de répondre aux attentes justifiées du Président de Région Hervé MORIN... Les deux bureaux des ex CROS, comme ils l'avaient fait en février dernier, ce sont à nouveau retrouvés pour avancer et préparer non seulement un projet commun mais aussi permettre à la future équipe qui représentera le mouvement sportif Normand d'avoir un outil de travail et une structure de fusion opérationnels dans les meilleurs délais. Deux réunions viennent d'avoir lieu la première à Deauville le 28 septembre dernier et la dernière à Houlgate mardi dernier (11 octobre). La prochaine est prévue pour dans 9 jours et les autres sont programmées tous les 15 jours jusqu'au 6 décembre Il n'était plus envisageable de perdre plus de temps. A la fin de l'année 2016, 53 ligues (ou comités) seront Normands, dès le début de l'année 2017, 6 ou 7 structures viendront compléter la liste qui passera cette fois à 60 soit 85%. Hormis, les structures dites affinitaires, scolaires et universitaires (au nombre de 5), le vol à voile, la pêche au coup et le club Alpin Montagne qui n'ont pas à cette heure de date définitive de fusion pour 2017, il ne restera que le basket pour fusionner en 2018. Il faut constater que le dossier a bien évoluer, il y a à peine un an le projet de fusion était programmé pour des raisons inavouables pour 2021!  Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. Il nous reste à terminer le mandat et à préparer au mieux l'avenir du mouvement sportif Normand. J'ai fait ma part et mon temps...

Un page se tourne...un nouveau livre s'ouvre pour le mouvement sportif normand

, 23:14

Dès lundi 2 mai, la féminisation du mouvement sportif ne sera plus un vœux pieux.

La modernisation engagée se confirmera.

La fusion normande suivra très vite avec la création du mouvement sportif normand de transition souhaitée dès janvier http://didier.polin.over-blog.com/2016/01/a-quand-un-mouvement-sportif-autonome-et-responsable.html puis de nouveau évoquée fin février http://didier.polin.over-blog.com/2016/02/mouvement-sportif-normand-mo-s-n.html

L’archaïsme a vécu, l'innovation est là.

Le pouvoir pour le pouvoir n'a plus de sens ce sont les missions qui importent et les projets qui comptent

...à suivre

Un Mouvement du Sport Normand Transitoire

, 18:44

Devant une décision récente de prolongation du mandat des CROS et CDOS d'un an plusieurs questions se posent:

1. Pourquoi attendre une fusion qui retarde ainsi d'autant le positionnement fort du mouvement sportif en région?

2. Faut -il y voir une simple pirouette pour permettre à certains dirigeants inquiets de gagner un an?

3. Pourquoi le CNOSF traîne des pieds alors que les fédérations avancent et que les ligues leur emboîtent le pas?

Les deux CROS Normands doivent se positionner clairement et avancer sur ce dossier sans se préoccuper de l'avenir de leur président respectif mais bien sur le projet du mouvement sportif en Normandie...

Affaire à suivre...

Le CNOSF à contre courant ...d'une période post-moderne?

, 18:57

"Le Conseil d’Administration du CNOSF..., aurait acté le principe de reporter d’un an les assemblées générales électives des CROS".

Si cela est une possibilité, cela ne doit pas être une obligation pour une Région Normande où les deux CROS en harmonie depuis deux ans travaillent et réfléchissent non pas à la conservation à tout prix d'un titre ou d'un poste pour les élus en place mais bien à un projet pour la promotion et le développement du sport sur le territoire de la Normandie.

L'autonomie responsable des régions doit être respectée, la décentralisation acte moderne de l'évolution si ce n'est de l'administration devrait l'être pour les corps intermédiaires. Cela ne semble pas le cas pour le mouvement sportif. La réforme territoriale simplificatrice dans l'esprit, pas toujours dans les faits, ne profite pas au mouvement sportif olympique qui persiste dans son organisation compliquée, ajoutant une couche supplémentaire avec le projet de maintien d’inter région... Un niveau national, le CNOSF, le niveau interrégional (8 inter régions actuelles passerait à 6), le niveau régional, puis le départemental avant d'atteindre l'improbable niveau du club avec sans doute à moyen terme le niveau supplémentaire de l'intercommunalité...

Par dessus cela il faudrait prolonger d'un an un mandat qui ne fait que trop duré depuis plus d'un an où tout tourne autour de la fusion... Est-ce pour déstabiliser encore plus les CDOS et fragiliser les quelques CROS qui s'en sortent? Les questions se posent? Où veut aller le CNOSF?

Le mouvement Sportif à l'échelle des régions doit à cette heure se poser les bonnes questions...Un niveau d'unité dans la diversité avec une représentation transversale est-elle encore souhaitée et pour aller plus loin nécessaire?

S'il est normal d'avoir une délégation de missions du CNOSF à l'échelon régional ou départemental, il n'est par contre pas normal de ne pas avoir de perspective de développement en dehors d'une feuille de route calendaire où la pré-occupation ne reste que les élections!!!

Le mouvement sportif n'anticipe pas, ne s'adapte pas et ne se prépare pas à affronter les chamboulements qu'annoncent ce 21 siècle commencé depuis 16 ans. Le train de la modernisation est déjà passé...nous sommes dans une époque post-moderne!!

Le Normandie du sport ne pourra pas être une Région test

, 10:09

La proposition, adressée par courrier au CNOSF, à la suite de la motion votée en AG souveraine le 23 mars, selon laquelle la Normandie pourrait être une région test, n'est pas retenue comme telle même si officiellement nous n'avons pas de réponse. Plusieurs CROS semblent souhaiter une accélération du calendrier et si tel était le cas il serait inutile d'engager une procédure expérimentale.

En l'état actuelle des réflexions, les différentes situations et les avancées disparates des futures régions ne permettent pas d'instaurer un calendrier idéal pour toutes au moment des fusions. Si des Régions comme l'Ile de France, les Pays de Loire ou le Centre ont des contours stables, d'autres comme l'Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes ne voient pas leur rapprochement comme une évidence.

La Normandie est de son côté dans une situation intermédiaire. L'identité territoriale existe déjà ne serait-ce que par le nom. Les nombreuses ligues déjà Normandes montrent le chemin. Les réflexions engagées depuis juin 2014 entre les deux CROS se concrétisent par les travaux de la Commission Normande Olympique...et tout pourrait aller vite!

Pour plusieurs CROS, si un calendrier accéléré semble nécessaire c'est pour être en phase avec les exécutifs des régions et avec les services déconcentrés de l'état qui devraient, les uns et les autres, être opérationnels dès janvier 2016.

Les réflexions sont toujours en cours et la prochaine réunion des CROS à Paris le 28 mai prochain au CNOSF pourrait être décisive. La question centrale doit rester celle de l'intérêt général du mouvement olympique et sportif...