Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Liberté de la presse et temps de parole. Liberté de penser et libre information?

, 10:22 - Lien permanent

De nombreux candidats déclarés aux primaires de la gauche ou de la droite et du centre, ainsi que différents porte parole des partis politiques ont présenté la candidature d'Emmanuel MACRON comme celle des médias. En effet, sa candidature a été relayée tout au long de la journée et orchestrée magistralement, permettant ainsi de voir le candidat MACRON en direct sur BFM vers 11h, d'en parler sur la 5 vers 18h dans l'émission "c'est à dire" et de le voir à nouveau sur la 2 pendant le journal de 20h, mais aussi de l'écouter sur les radio et d'en entendre parler sur toutes les ondes, sans parler des réseaux sociaux... Il est vrai que l'annonce hier matin de son engagement, n'était plus une surprise. La surprise aurait été qu'il renonça. Toutefois, elle a fait le buzz. Alors, Emmanuelle MACRON est-il réellement un candidat qui mérite plus d'attention que les autres? Est-il réellement, comme en son temps un certain STRAUSS-KHAN, si plébiscité par le peuple français? Les médias n'ont-ils pas le moyen de nous faire croire qu'il est tant apprécié? Voilà les vraies questions autour de la liberté de la presse et le pouvoir des médias. D'un autre côté, un petit candidat de la primaire de la droite et du centre, Monsieur POISSON a tenté aussi , à sa façon de faire parler de lui. Invité sur France 3, il a d'abord annoncé à son interlocuteur qu'il ne répondrait pas aux questions. Il s'est plaint dans la foulée de ne pas être traité de la même façon que ces collègues de la primaire et de ne pas avoir les mêmes temps d'audience. Il a fait remarquer qu'il n'avait pas été l'invité de l'émission de M.PUJADAS sur la 2, alors que Messieurs JUPPE, SARKOZY, FILLON et LEMAIRE l'avaient été. Enfin, il a quitté le plateau reprochant au journaliste de lui poser des questions qui n'intéressaient pas les français. Il aurait souhaité parler de l'Europe, du chômage,... et non pas des sondages où il n'est crédité que de 1%. A-t-il eu raison? Je pense que oui. Derrière, il a twitté pour que l'information soit relayée. Avait-il prémédité son coup d'éclat? Je pense aussi que oui. Sur ces deux exemples, il ressort clairement que l'information bénéficie d'un traitement adapté, en fonction du produit que l'on nous présente! Le produit a -t-il potentiellement une part marchande d'audience? A ce sujet, sur Europe 1, dans la matinale de Thomas OTTO, il a été question de ses parts d'audience, du % pour chaque chaîne et chaque émission de la veille. Est-ce de l'information?

Voltaire à son époque, où seules la parole et l'écriture, servaient de média à la pensée disait: "plus les Hommes seront éclairés et plus ils seront libres", Cette réflexion sur la période que nous traversons autour de la communication et de l'information me semblait être un éclairage nécessaire à notre liberté. Liberté de penser.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.didier-polin.fr/index.php?trackback/51

Fil des commentaires de ce billet