Home

Aller au menu | Aller à la recherche

En vue des européennes...

, 17:07

Dans huit mois, les élections européennes seront terminées.
A ce jour, LREM est en tête dans les sondages, au coude à coude, autour de 21%, avec le nouveau RN (ancien FN). PS et verts autour de 5% chacun, avec un PC dans les profondeurs du classement à moins de 2% et des insoumis crédités de 12%, la gauche pourrait y croire si il était encore possible de faire une liste unique.
Maintenant Debout la France avec ses 6 ou 7% pourrait de son côté empêcher LREM d'être en tête s'il s'alliait avec le parti de Marine Le Pen...
Une chose est certaine, les anciens partis du bipartisme passé sont mal placés. LR UDI à moins de 15% et surtout le PS avec ses 5% semblent ne pas pouvoir influencer le résultat ou même jouer un rôle dans les mois à venir...
La course est encore longue...mais à cette heure les élections européennes ne semblent pas mobiliser les foules.

Il est bon de prendre du recul...

, 11:12

De la tempête dans un verre d'eau à l'affaire d'état, il faut raison garder.
Pendant ce temps, le chomage est reparti à la hausse (+0,2% sur le trimestre), la croissance de son côté est plutôt à la baisse. Le rythme des réformes subit un coup de frein souhaité par les oppositions. L'effet coupe du monde est passé, Tout va de plus en plus vite...
Les retombées de la grêve SNCF et des contraintes climatiques participent à leur niveau à la mini tempête économique. Le Tour de France sera sur les Champs dans 48h... Deux motions de censure du gouvernement sont en préparation et vouées à l'échec, le boycott de la commission d'enquête débute à l'Assemblée Nationale histoire de faire parler. Ne s'agit-il pas des dernières cartouches? Les vacances d'été vont battre leur plein, le dernier conseil des ministres approche et la tràve estivale de l'assemblée commence début août.
Pendant ce temps le Président est en Espagne, après son passage au Portugal et un bain de foule à la Mongie. S'il est bon de prendre du recul, il prend de son côté de la hauteur et redevient maître des horloges de son temps. L'Europe reste un de ses objectifs à venir.

"Le baiser de la mort"!!

, 22:59

Comment peut-on s'arrêter sur les propos d'un Président qui "ne devrait pas dire ça"?hollande_tempete.jpg

  • Lui qui avait un ennemi, la finance aujourd'hui semble vouloir défendre son bilan et donner des conseils à ses successeurs! Le François HOLLANDE du jour est à l'oeuvre pour essayer de sauver les apparences!
  • Il se permet sans jamais les citer, de faire des commentaires sur certains candidats à la Présidence. Tous les pronostics qu'il s'est aventuré à faire ce sont avérés contre-dits! Quel crédibilité peut-il avoir? Il a menti, n'a pas tenu ses engagements, a fait le contraire de ce que pourquoi il a été élu. Il a pris la foudre dès le premier jour de son mandat, il s'amuse aujourd'hui à le rappeler , il a pris l'eau au propre et au figuré. hollande_tempete_et_pluie_.jpgIl n' y a pas eu plus Président anormal!!
  • Aujourd'hui, sans le dire vraiment, tout en étant suffisamment clair, il soutient à mot couvert Emmanuel MACRON histoire de se venger un peu, il sait pertinemment bien qu'il lui fait "le baiser de la mort". En appelant, là encore sans le dire, à se méfier du tribun Jean Luc MELENCHON, il ne s'imagine pas qu'au vu de sa popularité, il est au contraire en train de lui offrir un pont d'or.
  • Jusque au bout, il aura tout raté, il veut condamner Emmanuel MACRON et nous offrir un second tour impensable: MELENCHON -LE PEN.

Soutien à la candidature de Paris 2024 et récupération

, 14:39

Les Jeux Olympiques, comme les avait envisagé Pierre de Coubertin, au moment de lancer leur rénovation, devaient être universels. Qu'en est-il en réalité? Baron_Pierre_de_Coubertin_2.jpg

  • Ils ne devraient pas être limités à quelques milieux autorisés et pourtant depuis plusieurs échecs successifs, la France et plus particulièrement Paris s'obstinent. Le discours se veut rassembleur, les effets d'annonces et les envolées lyriques semblent vouloir donner à la candidature parisienne de 2024 une portée large par la population et les athlètes. Qu'en est-il réellement?
  • Il y a les faits et les actes. Après une courte enquête, la grande campagne de lancement sur les Champs avec renfort de projection sur l'Arc de Triomphe n'a donné lieu à aucune invitation des représentants du mouvement sportif des régions ou des départements.
  • Quand il y a un an tout juste, le Comité Régional Olympique de l'ex Haute-Normandie, pendant la foire exposition de Rouen, dont le thème était le sport, a installé son exposition sur l'histoire des jeux "au cœur de l'olympisme" et a invité les porteurs de la candidature de Paris à se joindre à l'opération, la réponse à été d'un laconique: "nous avons des problèmes avec la charte graphique".
  • Quand le même Comité Olympique il y a quatre ans avait lancé l'idée de rebaptiser le viaduc de Mirville sur l'A29, viaduc "Pierre de Coubertin" il n'a trouvé aucun soutien de celles et ceux qui aujourd'hui seront à Rouen pour s'approprier l'image avantageuse de la candidature.
  • Pire, celles et ceux qui les ont accompagné lors de cette opération qui a vue le jour l'an dernier, les mêmes qui ont accueillis dans leur communes, leurs écoles l'exposition itinérante dont je parlais plus haut, ne seront pas invités ce soir.

Cette façon de faire est choquante, elle n'est pas digne des valeurs que souhaitaient mettre en avant Pierre de Coubertin. Il me semblait indispensable de le souligner.

François FILLON éclate la droite, persiste à se présenter et offre un boulevard à Emmanuel MACRON

, 22:54

  • Le rassemblement du Trocadéro est une démonstration (humide et venteuse) de l'existence du socle de soutiens que François FILLON a derrière lui.
  • Toutefois, il est clair qu'il vient de prouver que l'union de la droite et du centre avait explosé. Certains annoncent que les rats ont quitté le navire, d'autres parlent maintenant de radeau!
  • Les absents ont-ils eu tort, je n'ai pas à en juger pour eux, ils sont sans doute conscients qu'il y a clairement depuis quelques jours au moins 3 courants et même 4:

1. L'UDI de son côté avait retiré sa confiance à François FILLON après avoir dans un premier temps suspendu son soutien.



2. Les Juppéistes ont pris du recul, ont espéré tirer les marrons du feu et se sont mis à rêver pouvoir être le recours. Alain JUPPE devrait faire un conférence de presse demain lundi 6 mars et les éclairer

3. François FILLON reste droit dans ses bottes, est-ce du courage? de l'abnégation? de la folie? ou l'annonce d'un suicide collectif? ou la volonté d'entraîner ses meilleurs ennemis dans sa chute?

4. Marine LE PEN et le FN vont-ils en profiter pour siphonner quelques voix de droite, égarées ou perdues?



Il y en a un qui derrière ce "trafalgar" tire les ficelles. C'est Nicolas SARKOZY...

Pour Voltaire, dans certains cas "La politique est le moyen pour des hommes sans principes de diriger des hommes sans mémoire". Emmanuel MACRON de son côté a des principes et celles et ceux qui le suivent de la mémoire... Pendant ce temps, il est En Marche!

Santé: François FILLON a changé le traitement mais n'a toujours pas fait le diagnostic

, 01:15

Les programmes santé des candidats viennent d'être présentés à la Mutualité Française la semaine dernière. Faire un comparatif exhaustif serait rébarbatif et quasi impossible tant les différences dans certains cas sont importantes. Par contre une mesure phare ou centrale du projet d'un candidat permet de se faire une idée du sérieux, du réalisme et de la maîtrise du sujet par le candidat lui même ou son équipe de rédacteurs.la_sante_etranglee.jpeg Il n'en reste pas moins que les professionnels sont étranglés, que l'industrie pharmaceutique régit le système et qu'en dehors d'Emmanuel MACRON peu prennent conscience du rôle accru du patient.

Parcours de soins pour François FILLON

  • François FILLON le dit, le médecin généraliste doit être au centre du système. Si cela aurait dû être engagé hier, car c'était vrai avant, cela risque bientôt de ne plus avoir de raison d'être! La raréfaction des médecins, en particulier dans les campagnes, déjà constatée depuis quelques années, va obligatoirement s'aggraver dans les années à venir. * Déjà en nombre réduit, débordés et assaillis par l'administration ils ne pourront assumer la noble tâche qui leur revient et leur est promise par le candidat "Les Républicains" à la Présidentielle 2017.

Quatre raisons essentielles à cela:

  1. le fameux numérus clausus qui même s'il est levé demain ne donnera ses premiers effets que dans dix ans
  2. le départ en retraite des médecins issus de papy boom a commencé depuis quelques années. Un médecin né en 1952 a en 2017 soixante cinq ans, l'hémorragie va donc continuer et le remplacement des départs ne sera pas compensé par les arrivées car la pyramide des âges est défavorable.
  3. la féminisation de la profession, excellente chose et chose heureuse, atteint et dépasse les espérances. Les féminines sont aujourd'hui plus nombreuses que les hommes. Elles n'ont pas pour de multiples raisons les mêmes orientations professionnelles ou les mêmes souhaits que les hommes. Ce n'est ni du sexisme, ni de la misogynie mais simplement un constat.
  4. L'abandon et/ou la non inscription à l'ordre des médecins en fin d'étude d'environ 20% des étudiants. Il est indispensable d'en comprendre les raisons.


* S'il est bien et surtout facile d'annoncer la mise des médecins généralistes au centre du système, il est indispensable de dire combien, comment, pour faire quoi , avec quels moyens et dans quel système? Sans que le traitement n'ait encore été prescrit, il semble déjà que le diagnostic ne soit pas bon. Ensuite, si le diagnostic arrivait à être précis, se serait au pronostic qu'il faudrait s'intéresser. En réalité, c'est en se projetant à 10 ou 15 ans, qu'il est possible de savoir ce qu'il faut faire aujourd'hui et qu'il faut dire les choses.

  • L'explosion quotidienne des connaissances, des progrès techniques, de la biotechnologie, l'évolution exponentielle du numérique prépare une révolution de la pratique et de l'exercice médicale. C'est à la base du système et de la formation en particulier qu'il est nécessaire de s'intéresser. C'est à la prévention qu'il est indispensable de donner une place et c'est à partir de là que les parcours de santé dont parle François FILLON devront être reconsidérés.

Santé n'est pas médecine

  • Sous des allures de parc à gadgets, l’espace commercial de la « santé » s'étend et devient un lieu de démonstration de produits à même de collecter des données avec un haut degré de précision (pression artériel, fréquence cardiaque, qualité du sommeil, dépense énergétique, température corporelle, ...). Couplé à de l’intelligence artificielle et des algorithmes, qui dépassent les capacités d'analyse du médecin, ces nouveaux instruments transforment les données en informations exploitables directement par le patient. Ce dernier, alors équipé de ses outils d'autosurveillance, devient ainsi véritablement acteur de sa santé pour son bien-être.
  • Emmanuel MACRON dans son programme l'a non seulement compris mais aussi anticipé car il privilégie la prévention. Le patient en complément de son médecin traitant ne sera plus un simple consommateur de soins mais un acteur responsable.

Évitant l'évitable, couvrant l'indispensable, reconsidérant les progrès exponentiel, soutenant la recherche et revisitant le financement de la sacro-sainte sécurité sociale pour l'adapter à la révolution diagnostique et biotechnologique, le projet "En Marche" est une révolution que professionnels de santé d'un côté et patients de l'autre ne peuvent qu'approuver.

  • Toutefois, il convient de nuancer les avancées techniques de l'autosurveillance, en précisant qu'en matière d' e-santé, la totale confiance des professionnels n'est pas encore gagnée. Cela François FILLON l'a bien compris et par clientélisme préfère brosser la profession dans les sens du poil. En effet, ils mettent, entre autre, en avant les enjeux de cyber-sécurité et du secret médical. Cependant, ils sont bien souvent tous conscients que le système des soixante dernières années à vécu. Il est à ce moment important de rappeler que la santé n'est pas la médecine et que l'ensemble des déterminants de santé laissent une place toutefois modeste au système de soins qui ne représente que la partie apparente de la maladie...
  • Selon Alain JUPPE, au moment de la primaire, François FILLON souhaitait privatiser la sécurité sociale. Focaliser l'assurance publique universelle sur des affections graves ou de longue durée, et l'assurance privée sur le reste avait été envisagée un temps ou compris comme telle. Il semble avoir changé d'orientation, pour ne pas dire son fusil d'épaule. Comment cela est-il possible? Y aurait-il là encore une absence voire une erreur de diagnostic? S'il veut placer la santé au cœur de son projet, ce qui est louable il reste indispensable que le cœur ne soit pas malade! 20 milliards d'économie en 5 ans, c'est en moyenne 4 milliards par an, ce n'est même pas un traitement de choc car là encore le traitement ne sera réellement efficace que s'il est prescrit à la suite d'un diagnostic précis! Or la dette actuelle reste supérieure à 150 milliards cumulés. Il sera ainsi difficile de revenir comme il le dit à l'équilibre.

Accès aux soins sur l'ensemble du territoire

  • Le seul maillage du territoire comme le propose F.FILLON ne réglera rien. C'est un constat par son absence et non pas une solution. La problématique du nombre reste identique. Ce n'est pas de désertification médicale dont il doit être question mais bien du sabotage progressif des services publics dans les petites communes. La récente suppression des possibilités de faire une demande de carte d'identité ou d'un passeport en sont les derniers exemples.
  • Développer des incitations à l’installation dans les zones sous dotées et contribuer ainsi à un meilleur aménagement du territoire ont déjà été réalisées sans réelles efficacités.
  • Un bon médecin avant d'asséner un traitement doit faire un diagnostic précis de la maladie ou du syndrome et de leur(s) cause(s). C'est le traitement de la cause ou son éviction qui donne souvent le meilleur résultat. Le médicament souvent symptomatique traite les symptômes, le malade fait le reste. Monsieur FILLON ne fait pas le bon diagnostic, ne s'intéresse pas à la cause et va continuer d'apporter le même traitement qui échoue depuis très longtemps!

Pourquoi Marine LE PEN bénéficie-t-elle du traitement que lui réservent les élites?

, 00:02

L'ostracisation et la tentative de la diabolisation du FN et de de sa candidate jouent en leur faveur.

  • Des élites, des personnalités dites de l'establishment, des journalistes des milieux autorisés ne se rendent pas compte qu'en s'attaquant à Marine LE PEN de la façon dont ils le font ils s'attaquent aux citoyens qui votent pour elles. Ils les mobilisent encore plus car leur souffrance réelle est exacerbée au moment où ces mêmes commentateurs insistent sur l'incompétence économique de Marine LE PEN. Eux, ses sympathisants la comprennent et se sentent encore plus victimes d'un système parisien politico-médiatique qu'elle remet, à juste titre, à leurs yeux, en question.
  • Des reproches sur le niveau de français des sympathisants FN comme cela peut se lire dans les discours simplistes d'une humoriste journaliste "bobo assumée" ne font que renforcer cette reconnaissance, cette adhésion aux idées simplistes mais compréhensibles par eux du FN.
  • Oui à la remise en question des idées simplistes de Marine LE PEN mais de façon aussi simpliste. Seul Bernard TAPIE à sa façon a réussit en son temps à faire chanceler J M LE PEN. Les gens simples sont logiques, ils ne faut pas les prendre de haut, ni les sous-estimer. Ils ont cette intelligence pratique, du vécu, de la souffrance, de l'expérience qu'aucun des journalistes ou invités de l'émission politique de France 2 n'ont ou n'auront jamais.
  • Le décalage est là, exposé, confirmé et donne au peuple encore plus de raisons à chaque fois de voter Marine LE PEN car à travers elle ils se sentent méprisés et attaqués.
  • Ce n'est ni par l'économie, ni par les grandes théories, ni encore moins par le mépris que la tendance va s'inverser.

Ne nous faisons pas voler les élections!

, 15:38

  • Si les complots et rumeurs de la presse Russe s'avèrent vrais, il est facile de penser qu'elle serait, comme pour l'élection Américaine, tentée par une ingérence dans l'élection en France.
  • Si pour cela l'article de l'Obs semble clair, http://linkis.com/nouvelobs.com/CZfCv

il est indispensable d'être mobilisé en France contre toute tentative de vol de nos élections.

  • Au moment de la guerre froide, il était classique de parler de "l’œil de moscou", il serait de nouveau en action!poutine_clin_d_oeil.jpg

Le problème politique majeur est lié à l'antinomie entre conquête et exercice du pouvoir...

, 07:50

Différents constats et analyses s'intéressent:

  1. au délitement de la société
  2. à notre responsabilité individuelle ou collective
  3. à ce qui pourrait nous attendre en cette année 2017
  4. au rôle central que jouent ou doivent ou peuvent jouer les citoyens pour les citoyens
  • Il est donc important de prendre conscience que si les "politiques" sont assimilés à des bonimenteurs, c'est qu'ils sont confrontés de façon ambiguë au pouvoir. Ils doivent d'abord le conquérir et ensuite l'exercer.
  • Dans le premier cas, cela se passe à renfort de communication, de petite phrase, d'annonce "commerciale", à celui ou celle "qui lave plus blanc", l'offre flatte la demande et les promesses pleuvent ("elles n'engagent d'ailleurs que celles et ceux qui y croient"!) Il faut convaincre le maximum d'électeurs au risque de ne pas tout leur dire.
  • Dans le second cas, il n'y a que la confrontation avec la réalité, avec l'administration, les affaires étrangères, l'état des finances publiques,.. Les décisions à prendre sont en lien avec une contingence d'éléments complexes, la conjoncture du moment, l'interaction entre le niveau de la bourse, le coût du pétrole, le protectionnisme des uns, l'état de guerre des autres, le taux de chômage, ... C'est donc très souvent de la politique à la petite semaine à cause des promesses faites et intenables.
  • Gagner une élection pour accéder au pouvoir est une chose, être capable d'exercer le pouvoir en est une autre... François HOLLANDE en a fait la triste expérience.

La France restent très divisées par les partis politiques mais est uni dans le rejet de nombreux responsables politiques

, 07:26

En période de crise, il est impossible de résoudre les problèmes avec les solutions du passé. Il n'y a pas, elles sont dépassées. Aujourd'hui ni la droite, ni la gauche, même leurs extrêmes n'apportent de nouveautés. Les archaïsmes politiques de leurs partis, les méthodes vieillissantes de leurs états majors, les vieux réflexes de sauvegarde de leurs intérêts personnels sont autant de signes de leur décalage avec la réalité.   Les Français ont clairement expliqués depuis des années leur incompréhension, leur besoin non pas de changement mais de rénovation, leur colère pour certains, leur doute pour d'autres. Il existe un ras le bol, une volonté de faire passer un message. Non le vote LE PEN n'est plus "diabolique", il apparaît même à un moment comme un recours possible, il est une tentation nettement exprimé en 2002... puis à chaque élections la vague est montée un peu plus... Il y a plus qu'un décalage, c'est un gouffre entre le peuple et les élites. Cumul des mandats, petits arrangements entre amis, affaires, financements occultes, promesses non tenues, demie-mesure, les Français n'ont plus confiance. A tous ils disent: " Merci, de ne plus nous prendre pour ce que nous ne sommes pas. Nous ne croyons plus en rien: ni droite républicaine, ni gauche classique à peine plus d'un quart des voix chacune, ni Front de gauche ou national à 1/3 à deux. Voilà, vous n'avez, aucun d'entre-vous, de majorité ! Ecoutez-nous! Il y en a marre!!" Ils ajoutent : "Non aux sondages, ils sont faux et nous volent les élections!" "Non aux petites phrases!" "Non à ce qui est proposé!" @EmmanuelMacron "Les gens ne croient plus aux promesses, on leur a trop menti, la fatigue démocratique vient de là" https://twitter.com/leLab_E1/status/810875542857728000

Le profil du Président idéal...

, 10:37

  1. démocrate, ni de droite, ni de gauche, qu'il soit le président de tous les Français
  2. engagé qu'il soit décideur, posé, calme, raisonné et réfléchi
  3. visionnaire qu'il dessine un avenir, montre le cap et le tienne
  4. pédagogue qu'il explique les révolutions qui s'annoncent (numérique, écologique, monde du travail, sécurité, économie circulaire, santé...)
  5. crédible dans ses propositions qu'il dise la vérité et ne mente pas par omission
  6. courageux qu'il s'attaque à la dette du pays car il est impensable que les enfants d'aujourd'hui la paient demain
  7. républicain qu'il offre les chances et les moyens d'être instruit, tout au long de la vie, pour que chacun exprime ses talents de son mieux
  8. innovant qu'il permette au modèle social d'être renforcé, plus spontanément solidaire et réellement universel
  9. réaliste qu'il permette la création d'emplois par la baisse des charges et la relance de la production en France
  10. honnête qu'il promette la moralisation de la politique, le non cumul des mandats, la réduction des parlementaires et s'y tienne
  11. exemplaire qu'il soit irréprochable, ne distribue pas les postes aux copains et ne facilite pas les petits arrangements entre amis
  12. ferme et diplomate qu'il soit le digne représentant de la France à l'international et reconnu comme tel
  13. moderne qu'il organise un nouveau pouvoir des citoyens
  14. dynamique qu'il relance l'Europe politique, social et économique en respect des pays membres, des territoires et des régions

C'était écrit dès mars 2012

, 14:09

Sur mon blog, j'avais en mars 2012, à quelques semaines de l'élection de François HOLLANDE pressenti qu'il n'était pas à la hauteur. Au soir de l'émission "des Paroles et des Actes de David PUJADAS", il avait perdu à mes yeux une grande partie de sa crédibilité dès ce 15 mars 2012. J'écrivais alors: "''Il faut le reconnaître, il pouvait être attendu "au tournant". Il a été malmené d'entrée par les journalistes de l'émission qui n'ont pas hésité à montrer ses changements et revirements comme ceux de ses amis politiques. Les exemples sont multiples: - l'impôt à 75% "qui ne sert à rien" - son approche et celle contraire de Laurent Fabius - sa façon de ne pas prendre de décision - ses reports de réunions, en réunions et en concertations... - son annonce un peu contradictoire sur l'immigration! - sa difficulté de positionnement avec l'Europe, le nucléaire...''" J'ajoutais : "''le masque est tombé et ses limites pour gérer ou gouverner un pays transparaissaient au fur et à mesure que l'enduit se craquelait. Même s'il a semblé se ressaisir à un moment dans l'émission, il est apparu cette fois tel qu'il est. La posture, le rôle et le costume n'ont pas suffi ce soir. La posture manquait d'équilibre, le rôle schizophrénique ne permettait plus de la rétablir et le costume est indéniablement trop grand!"" J'ai retrouvé le lien de l'article du Monde de l'époque: http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/03/16/francois-hollande-je-ne-suis-pas-seulement-un-candidat-contre_1670331_1471069.html#ens_id=1590109&xtor=RSS-3208

Le Président est mort, vive le Président

, 22:33

Par cette décision qui l'honore, François HOLLANDE assurera la présidence jusqu'au bout mais ne briguera pas de second mandat. Sa croyance d'un changement possible de l'opinion, d'une embellie de la courbe du chômage, d'un coup de pouce de la chance, d'une bonne étoile l'ont enfermé dans une posture intenable. Il est impensable de présider et de gérer les affaires pour le moins compliquées du pays dans une telle situation. Candidat, il risquait de provoquer un second tour FILLON/LE PEN. Président il peut permettre que le FN ne soit pas en finale. La pagaille et la déliquescence du pouvoir du Président viennent de prendre fin. Il a 5 mois pour laisser une autre image. L'action sans arrière pensée, la gestion courageuse, la vérité au quotidien doivent pouvoir lui permettre d'opérer le "changement dès maintenant". Un président préside. Le Président est mort, vive le Président!

Le candidat du Centre n'est jamais élu mais il fait souvent l'élection...

, 01:05

STENDHAL dans : "De l'amour" écrit qu'il est gauche. Il est pourtant réputé ni de droite, ni de gauche mais François Mitterrand disait qu'il n'était ni de gauche, ni de gauche! Pour certains égocentristes, il est du monde. De la terre, Jules Verne, à son époque, en a fait un voyage. Du grec, aiguillon, ou du latin, "centrum", (comme le pic du compas), les passionnés de géométrie en font un point, leur collègue physicien lui associe la gravité. Il peut être dramatique, et donc culturel ou cinématographique. Il est aussi d'influence, de distraction ou d'attraction, ...ipète ou ...ifuge, d'intérêt et de préoccupation. Le disque et la roue le contiennent, il peut être d'une cible. Ressemblant au milieu il est descriptif, il concerne, un dessin, un tableau, une ville où l'on se trouve où l'on se perd. Il a un but, en marquer, quant il est avant. Il est aussi derrière en arrière mais central. Les médecins le disent nerveux. Il pourra être de rotation si tout tourne autour de lui. Il est unique et multiple, commercial, de la personne. Il est aussi de poussée, encore d'oscillation, épi pour Richter, de pressions pour la presse mais aussi en mécanique des fluides ou de hautes ou de basses pour les climatologues. Il peut être c.. et vital. Au total il est divers et varié...En politique, il va de MACRON à MORIN, en passant par LAGARDE. Rama YADE s'en recommande et se l'accapare. BORLOT y est passé, LEROI y transite comme ancien communiste je crois. BAYROU en est le digne représentant. JUPPE l'a espéré. Au total, partout et nulle part, il est insondable mais fait souvent l'élection. Il faut maintenant lui trouver un autre nom!

Un président ça ne devrait pas faire ça...

, 20:43

François HOLLANDE, "spectre de l'Elysée" comme il le dit lui même, est déconnecté des réalités du quotidien par son isolement et son obsession du second mandat. Les électeurs potentiels qu'ils soient de sensibilité de gauche ou de droite ne peuvent comprendre ce petit jeu du chat et de la souris. Leur mécontentement est un état de fait, il ne semble pas pouvoir s'améliorer. Toutefois, non candidat à cette heure, le Président espère provoquer un mouvement dans les estimations d'opinion au moment de sa déclaration, soit en sa faveur, s'il y va, soit pour son premier ministre s'il lui laisse la place... L'attitude est méprisante. Elle l'est aussi vis à vis de la Gauche, vis à vis du PS, vis à vis des français dans leur ensemble. François MITTERRAND en son temps laissait planer le doute et prolongeait l'attente, mais le contexte était bien différent. Les primaires n'avait pas été inventées et le Président sortant était un candidat légitime. C'est une première de voir tant de ministre d'un gouvernement se présenter contre leur Président. L'astuce du moment lui semble payante. La presse et les commentateurs en parlent matin, midi et soir. Illusoirement cependant, car trop c'est trop. La ficelle est trop grosse. Les français ne sont plus dupes et il se lassent. "La méthode Coué" ne trompe pas, le "ça va mieux" ne suffit plus. Une candidature ne se fait pas sur un chiffre ou une tendance du chômage. Un pourcentage en moins (ou en plus d'ailleurs) ne veut pas dire grand chose par les temps qui courent. La réalité du quotidien et le vécu des citoyens ne lui permettront pas de profiter de l'artifice. D'ici le 15 décembre au plus tard, l'attente terminée, le suspense envolé, les fêtes de fin d'année feront retomber le soufflé! Un Président, ça ne devrait pas faire ça!

Eviter un nouveau 21 avril 2002...serait possible!

, 10:37

L’intention, la volonté et l'engagement central de nombreux candidats sont bien d'éviter que Marine LE PEN soit au second tour des prochaines élections présidentielles. Alors, pour cela ils doivent, dès maintenant, soit se retirer de la course à l’Élysée, soit surtout ne pas s'y présenter. Pour essayer d'y voir clair, sans se fier au sondage qui ont montré leur faille, il est justifié de se pencher sur la situation politique du pays, les forces ou les faiblesses du personnel politique en présence et surtout la susceptibilité des citoyens français en âge de voter à la prochaine présidentielle et de leur rejet de la classe politique... Les certitudes aujourd'hui reposent, pour les candidatures, sur celles et ceux qui ont fait savoir depuis plus ou moins longtemps leurs intentions, (ils sont nombreux), celles et ceux qui ont une véritable vision et un projet pour la France (ils sont déjà plus rares). Des éditorialistes annoncent des chiffres et donnent des noms, certains en sont à plusieurs dizaines. Entre février et mars 2016 en dehors de Marine LE PEN qui depuis attend le début de la campagne, seuls Jean Luc MELECHON et Nicolas DUPONT-AIGNAN se sont engagés. Yannick JADOT et François FILLON sont devenus officiellement candidats, à la suite de leur primaire respective. Même si elle ne leur confère pas la même force, elle leur offre une certaine légitimité. Emmanuel MACRON, de son côté, après avoir créé son Mouvement "En Marche" dès avril, a officialisé sa candidature entre ces deux primaires. Henri GUAINO, Rama YADE, sont aussi déclarés. Michèle ALLIOT MARIE fait parler d'elle. Nicolas POUTOUX (NPA) et Florence ARTHAUX(LO) seraient les représentants de l'extrême gauche. Nous pourrions en citer beaucoup d'autres comme Jean LASSALLE par exemple ou encore Sylvie PINEL. Tous peuvent avoir des projets, voire des programmes avancés, peu peuvent espérer se retrouver au second tour. A gauche Jean Luc MELENCHON, à droite François FILLON, et ni à droite, ni à gauche Emmanuel MACRON seraient les seuls capable de passer le premier tour. Pour cela, il est important de ne pas voir trop d'autres candidats venir provoquer une dispersion des voix. Celle-ci donnerait au FN toutes les chances de se retrouver en posture équivalente à celle d'un certain 21 avril 2002. Afin d'éviter ce que tous les politiques craignent. C'est à dire de voir le FN en situation de se maintenir au second tour pour la seconde fois en 15 ans, les électeurs tentés par ce choix doivent pouvoir trouver d'autres candidats pour qui voter. De plus, l'éventail de choix comme nous venons de le voir ne doit pas non plus provoquer un éparpillement des suffrages. Deux candidats potentiels, jouant sur le suspens, analysant les situations, espérant pouvoir se représenter, portent une lourde responsabilité. Ces candidats sont François HOLLANDE et François BAYROU. Tous deux sont par leurs discours des opposants aux idées du FN. Ils devraient l'être aussi dans leurs actes et ne pas se présenter. Les quelques points qu'ils peuvent obtenir, autour de 10% dans le meilleur des cas, ne seront pas soutirés à Marine LE PEN mais aux candidats qui ont plus de chance qu'eux pour arriver en final... Alors, l'avenir du pays ou l’ego des candidats? Nous le saurons d'ici quelques jours...

Cela se complique à Gauche, mais rien n'est simple à droite...

, 18:54

La clôture des candidatures à la primaires du PS se terminera dans 3 petites semaines. Claude BARTOLONE président de l'assemblée nationale a souhaité ce vendredi matin (26/11/16) que Manuel VALLS et François HOLLANDE y soient tous les deux. Il a même ajouté dans sa liste Jean Luc MELANCHON et Emmanuel MACRON. Si pour le 1er ministre c'est l'occasion rêvée de se présenter sans manquer de loyauté à son président. Il est certain que pour celui de la France insoumise et celui qui est En Marche leur participation, où ils ne sont ni l'un ni l'autre réellement à leur place, n'est pas envisageable. Avec Yannick JADOT pour les verts et maintenant Sylvia PINEL investit par le PRG il y a quelques minutes, la division et le nombre de candidat à gauche confirme bien, que dans la situation, le second tour à la présidentielle semble de plus en plus compromis. De plus, il n'est pas impossible de penser qu'une candidature de François BAYROU viendrait surement affaiblir le score potentiel du candidat du PS plutôt que rogner quelques voix à François FILLON. Ce dernier, s'il semble bien parti et en passe de gagner largement la seconde étape de la primaire de la droite et du centre, pourrait avoir aussi du monde sur sa route. En face de lui quelques candidats comme Henri GUENOT ou Michèle ALLIOT-MARIE, voire peut-être les deux, semblent vouloir y aller. Dès lors avec Marine LE PEN, Nicolas DUPONT AIGNAN d'un côté et probablement un ou deux candidats d'extrême gauche (LO et NPA), en plus de Jacques CHEMINADE, la liste s'allonge et est à cette heure constituée de 14 noms. Six à gauche, 5 à droite, 2 ni à droite, ni à gauche et un inclassable seraient sur la ligne de départ... Si un second tour inédit avec un face à face des deux Fronts paraît impensable, devant le casting proposé et la probable dispersion des votes il n'est plus impossible! Un autre tandem, plus classique pourrait voir s'opposer deux anciens ministres des deux derniers présidents: François FILLON et Manuel VALLS. Les pronostics sont ouverts... Il y en a un qui pourrait mettre tout le monde d'accord c'est Emmanuel MACRON, reste à franchir quelques marches.

Casting pour les presidentielles 2017...

, 17:44

Dans six mois, les choses seront réglées. Le nouveau Président ou la nouvelle Présidente sera élu(e). A cette heure, les préparatifs ressemblent plus à une élection de miss France avec son casting qu'à l'élection présidentielle. Il semble que les commentateurs s'intéressent plus à "qui sera candidat ou Président?" que à "quels sont les programmes?" En effet, il est surprenant de s'apercevoir qu'après deux ans de campagne pour François FILLON, les journalistes, analystes et politologues d'un côté et les adversaires ou concurrents de l'autres découvrent son programme. Les français qui se sont déplacés pour voter à la primaire de la droite et du centre ont-ils voté pour lui au hasard? Ont-ils pu choisir en connaissance de cause? Sont-ils depuis intéressés par le déballage sur l'IVG ou attendent-ils pour voter de savoir s'il faut rassembler tout le monde ou encore choisissent-ils en fonction de ce qui leur parait bon pour leur situation du moment ou celle du pays? Pour répondre à ces questions il est utile de s'intéresser à ce qui se passe réellement en France d'une part et dans le microcosme, cher à Raymond BARRE, d'autre part. Les élites, élues et commentateurs, ne passent-ils pas trop de temps sur la conquête ou la conservation du pouvoir plutôt que de s'intéresser à la façon de bien l'exercer? N'est ce pas de cette façon le pouvoir de la communication et du pragmatisme qui a pris le pas sur l'idéologie et la précision du projet? Tout cela n'est-il pas en lien avec notre système constitutionnel et la rencontre d'un(e) candidat(e) avec le pays? Il y a un peu de chaque et aussi une volatilité du corps électoral. Les sondeurs sont perdus, ne voient plus les tendances ou mal. La versatilité des votants pourrait être liée aux multiples sources d'informations et aux annonces permanentes de l'info 24/24. Le Président en exercice, François HOLLANDE, à moins de 10% dans les sondages, pas encore candidat officiel, laisse planer un doute qui permet que l'on parle de lui, sans qu'il n'ait besoin de rien dire! La date du 10 décembre est annoncée, il ne pourra pas le faire après le 15, date limite du dépôts des candidatures pour la primaire du PS. Il aurait tort de le faire trop vite, il a raison d'attendre que l'autre primaire lui désigne son adversaire. Il regarde aussi, dans les sondages d'opinion, l'évolution d'Emmanuel MACRON. L'important pour lui n'est pas aujourd'hui le projet, encore moins son bilan. Il attend que le vent tourne...et garde un œil sur les chiffres du chômage (qui devrait finir par baisser vu tous les artifices d'emploi utilisés)! Pour les candidats de la primaire de la droite et du centre, si le premier tour a été: "tout sauf SARKOZY", il en est un, sans faire de bruit, qui à creusé son sillon et a surpris tout le monde en devenant le favori imbattable. Il a su se démarquer, se faire remarquer, s'imposer, se donner une image de présidentiable et présenter un projet. Aujourd'hui tout le monde lui tombe dessus, mais la différence est faites. Emmanuel MACRON de son côté est En Marche et ne s'en préoccupe pas. Les sondeurs, les commentateurs sont passés à côté, il n'y a en fait que le casting qui les intéresse, ou les petites phrases, ou le côté superficiel du débat. Ils réclament et attendent le pugilat et ce qui va pouvoir faire de l'audimat. Ce qui intéresse les français c'est en réalité la vrai politique et non plus le casting. Ils ont compris qu'il n'était plus possible de croire au "rasage gratis". Ce qui les inquiète c'est leur santé, c'est leur pouvoir d'achat, c'est l'évolution de notre société et au bout les remèdes proposés. L'union des français pourrait se faire cette fois sur ce à quoi ils s'attendent, c'est à dire un passage obligé et non pas vers le mieux disant ou le plus offrant... Les français sont responsables et vont probablement cette fois surprendre les élites. Notre constitution et la Vème république qui va avec ont été instituées pour répondre à des situations difficiles... Le second tour de la présidentielle pourrait se faire entre François FILLON et Emmanuel MACRON. Il faudra toutefois attendre la fin du casting et ne pas se tromper!

Paysage politique nouveau

, 15:37

Dans un paysage politique nouveau, un rôle central d'équilibre et de vigilance va voir le jour. Comme bon nombre de citoyen, je ne suis pas pour la pensée unique mais pour le pluralisme. Je ne suis pas pour une opposition systématique, mais pour une réflexion constructive ou une opposition en bonne intelligence. Je rencontre tous les jours des amis, des proches, des connaissances, des citoyens. Si leurs votes récents ou à venir sont, dans le cadre de la bipolarisation, à droite ou à gauche, ce n'est pas pour autant qu'ils sont de droite ou de gauche. D'ailleurs, à les entendre, à discuter, il y a au fond d'eux un centre commun, une approche ciblée des problèmes que chacun rencontre. L'humanisme est au cœur des solutions qu'ils prônent ou envisagent. La politique les intéresse contrairement à ce que l'on dit ça et là. Ils souhaitent la considérer de façon noble, c'est pour eux: la chose publique, l'intérêt commun, la démarche citoyenne, l'engagement honnête, le rassemblement ou l'unité sur l'essentiel. Ce sont donc l'action non partisane et tous ces éléments qui ressortent le plus souvent de nos conversations. C'est avec cet espérance de rassemblement citoyen que je suis engagé depuis des années, ni à droite, ni à gauche (entre BAYROU, MACRON, BARRE) Je ferai régulièrement un état des lieux de notre paysage politique, en fonction de mon expérience et de mon engagement, à chaque fois que de nouvelles candidatures, définitives et officielles, seront dévoilées pour les présidentielles à venir.

Nicolas SARKOZY: sortie digne, François BAYROU: rentrée à venir? François HOLLANDE:devrait bien réfléchir...

, 22:54

Beau perdant, il reconnait sa défaite, souhaite le meilleur pour la suite, semble vouloir être plus présent auprès de sa famille mais a bien précisé qu'il soutiendrait le vainqueur de cette primaire pendant la présidentielle, en apportant dès ce soir, pour dimanche prochain, son vote à François FILLON. Nicolas SARKOZY est resté digne. Sans anticiper les résultats de la semaine prochaine, Alain JUPPE, le grand favori des sondages, risque bien d'être battu. François BAYROU a toujours dit qu'il prendrait ses responsabilités. Il va attendre encore une semaine...Il va lui falloir voir comment Emmanuel MACRON est perçu après sa déclaration de candidature il y a quelques jours et ce que François FILLON va annoncer après cette semaine décisive s'il l'emporte... François HOLLANDE espère sans doute qu'Alain JUPPE ne passe pas le cap. Il espère annoncer sa candidature, se montrer comme le garant de la démocratie, le rassembleur d'une gauche en difficulté, se poser comme le recours contre le risque à droite. Il ne doit pas toutefois oublier la leçon de ce soir avec l'élimination de SARKOZY. François FILLON a pris de plus une dimension qu'il lui sera difficile d'égaler. En réalité, si Emmanuel MACRON est capable de devenir présidentiable, il a une carte à jouer. Personne ne parle de Marine LE PEN, elle était encore ces derniers jours certaine d'aller au second tour. Le moyen qu'elle n'y soit pas, c'est que ni HOLLANDE, ni BAYROU ne se présentent. Sont-ils prêts à sacrifier leur ego pour le pays qu'ils disent tant aimer. Des pages se tournent, des livres se ferment... Une nouvelle histoire commence.

- page 1 de 3